Quand :
7 mars 2019 @ 20 h 00 min Europe/Paris Fuseau horaire
2019-03-07T20:00:00+01:00
2019-03-07T20:15:00+01:00
Où :
CHAMPHOL - Espace Jean-Moulin
22 rue Jean-Moulin
Coût :
Entrée libre
Contact :
Lutte Ouvrière
01 48 10 86 20

Nathalie Arthaud, tête de liste Lutte Ouvrière aux pro­chaines élec­tions euro­péennes, liste sur laquelle figure Vincent Chevrollier mili­tant d’Eure-et-Loir, tien­dra un mee­ting le 7 mars à Champhol.

Nous repro­dui­sons ci-après un extrait d’un article de la revue Luttes de classe qui défi­nit la fonc­tion que l’or­ga­ni­sa­tion assigne à sa cam­pagne élec­to­rale.

Les élec­tions euro­péennes sont notre pro­chaine échéance. Vu le contexte de crise et la gra­vi­té de la situa­tion poli­tique, avec de nom­breux tra­vailleurs débous­so­lés, cer­tains au point de se tour­ner vers leurs pires enne­mis poli­tiques, il nous fau­dra défendre un point de vue com­mu­niste. Il ne s’agit pas de faire une cam­pagne pro­pa­gan­diste sur le com­mu­nisme, il s’agit de déve­lop­per une poli­tique com­mu­niste révo­lu­tion­naire par rap­port à la crise et à la catas­trophe immi­nente.

Se faire le porte-voix des luttes du moment, luttes qui ne se situent d’ailleurs pas tou­jours sur le ter­rain de classe, ne peut suf­fire. Se faire le meilleur défen­seur des réfu­giés ou de l’écologie ne per­met­tra pas aux tra­vailleurs de dis­tin­guer ce qui sépare la poli­tique des com­mu­nistes révo­lu­tion­naires des par­tis dits de gauche. L’objectif pre­mier de cette cam­pagne doit être d’étendre notre audience sur des bases clai­re­ment révo­lu­tion­naires. Cela sup­pose de s’adresser au monde du tra­vail et d’axer notre cam­pagne sur les idées de lutte de classe indis­so­ciables de l’internationalisme pro­lé­ta­rien, sans perdre cet axe avec un cata­logue de reven­di­ca­tions démo­cra­tiques et éco­lo­gistes.

Cette cam­pagne doit per­mettre d’identifier les com­mu­nistes révo­lu­tion­naires comme ceux qui parlent au nom des exploi­tés et qui ont une poli­tique pour les tra­vailleurs. Une poli­tique qui, pour para­phra­ser Marx et Engels, ne pour­suit pas l’objectif de faire des sala­riés des esclaves satis­faits, mais qui se fixe pour but l’abolition du sala­riat, condi­tion de leur éman­ci­pa­tion totale. C’est dans ce sens qu’il fau­dra y mettre le maxi­mum de nos forces.”

Extrait de Luttes de classe n° 196, décembre 2018-jan­vier 2019