Quand :
5 mai 2018 @ 14 h 00 min Europe/Paris Fuseau horaire
2018-05-05T14:00:00+02:00
2018-05-05T14:15:00+02:00
Où :
PARIS
Louvre
 L’appel ini­tial

 

SAMEDI 5 MAI 12 h. PIQUE-NIQUE AU LOUVRE, DÉPART À 14 h. À L’OPÉRA

FAIRE SA FÊTE À MACRON

POUR QUE LE PRÉSIDENT NE SOUFFLE PAS SEULEMENT SA PREMIÈRE BOUGIE À L’ELYSÉE MAIS QU’IL SENTE SURTOUT LE VENT DU BOULET !

 

Ça fera un an que Macron a été élu, une année à œuvrer comme un Robin des bois à l’envers : pre­nant aux pauvres pour don­ner aux riches. C’est pour les retraité.e.s la CSG en hausse. Pour les loca­taires, les APL en baisse. Pour les salarié.e.s, moins d’indemnités aux prud’hommes. Pour les contrats aidés, retour à la case chô­mage. Pour les EHPAD, « la France n’a pas les moyens bud­gé­taires », selon la ministre de la san­té.

Mais pour les action­naires, là, les « moyens », le gou­ver­ne­ment les a trou­vés, et en mil­liards : sup­pres­sion de l’impôt sur la for­tune, exten­sion du CICE, etc.
Pour la répres­sion aus­si : équi­pe­ments mili­taires pour l’évacuation de NDDL, poli­ciers dans les uni­ver­si­tés et har­cè­le­ment de la jeu­nesse dans les quar­tiers popu­laires…

Partout ça résiste : les che­mi­nots évi­dem­ment, les facs éga­le­ment, Air France, les hôpi­taux, les EHPAD, les éboueuses, les cais­siers, les élec­tri­ciennes, les femmes, les raci­sés, les chô­meuses…

Si ces ruis­seaux de colère conver­geaient, quel fleuve puis­sant ne for­me­raient-ils pas !

« IL Y A AUTRE CHOSE AUSSI, MOINS VISIBLE, PLUS SOUTERRAIN, MAIS PLUS MASSIF, PLUS EXPLOSIF : UN VASTE DÉSIR D’AUTRE CHOSE. »

Quoi ? On ne sait pas, ou pas encore. Mais autre chose que cet éco­no­misme étroit, cette bureau­cra­tie qui contrôle, qui « manage », qui éva­lue sans relâche, qui mal­traite. Et qui ne connait rien d’autre que ses ratios.

On a envie de res­pi­rer !

Et qu’en ce prin­temps, rassemblé.e.s, on sente notre force bour­geon­nante !

LE 1ER MAI, TOU.TE.S EN MANIF !

LE 5 MAI, TOU.TE.S A PARIS !

Visuel Fête à Macron 1
Visuel Fête à Macron 2

 

 

Appel de plus de cin­quante artistes et intel­lec­tuels

 

Voilà bien­tôt un an qu’un nou­veau pré­sident a été élu à la tête de l’Etat. Depuis, une fois de plus, les inéga­li­tés sociales et ter­ri­to­riales s’aiguisent, les ser­vices publics et les biens com­muns sont atta­qués. Les liber­tés publiques et le droit d’asile sont mena­cés, la démo­cra­tie vacille. La colère s’exprime de toute part. A juste titre : elle doit être enten­due et, pour cela, se faire action col­lec­tive. Festive, reven­di­ca­tive, plu­rielle, conqué­rante, ras­sem­bleuse. En un mot : popu­laire.

Le 4 avril, près de 2 000 citoyens, syn­di­ca­listes, étu­diants, che­mi­nots, élus, intel­lec­tuels, étaient réunis à la Bourse du tra­vail à Paris. Les par­ti­ci­pants ont lan­cé la pro­po­si­tion d’une mani­fes­ta­tion natio­nale, le same­di 5 mai. Saisissons cette oppor­tu­ni­té ! Cette marche ne doit pas être celle d’une per­son­na­li­té, d’un mou­ve­ment poli­tique ou d’un syn­di­cat. Elle sera, tout sim­ple­ment, l’occasion pour toutes et tous d’exprimer le refus de la poli­tique libé­rale et auto­ri­taire d’Emmanuel Macron. Son mot d’ordre ? Tous ensemble ! Nous sou­hai­tons que cette jour­née soit une réus­site. Nous nous asso­cions donc, nous artistes et intel­lec­tuels, pour faire du 5 mai 2018 une étape déci­sive, afin que soit mise à mal une poli­tique au ser­vice des puis­sants et de l’argent. Le nombre sera notre force. Soyons au ren­dez-vous.

Christophe Alévêque, humo­riste
Isabelle Alonso, écri­vaine
Ariane Ascaride, comé­dienne
Lauren Bastide, jour­na­liste
François Bégaudeau, écri­vain
Hourya Bentouhami, phi­lo­sophe
Laurent Binet, écri­vain
Romane Bohringer, comé­dienne
Julia Cagé, éco­no­miste
Olivier Cadiot, écri­vain
Robin Campillo, réa­li­sa­teur
Laurent Cantet, réa­li­sa­teur
François Chaignaud, cho­ré­graphe
Samuel Churin, comé­dien
Laurence De Cock, his­to­rienne
Alexis Cukier, phi­lo­sophe
Marie Desplechin, écri­vaine
Virginie Despentes, écri­vaine
Rokhaya Diallo, réa­li­sa­trice et écri­vaine

 

Eva Doumbia, met­teure en scène
Laetitia Dosch, comé­dienne
Annie Ernaux, écri­vaine
Eric Fassin, socio­logue
Corentin Fila, comé­dien
Amandine Gay, réa­li­sa­trice
Robert Guédiguian, réa­li­sa­teur
Nacira Guénif, socio­logue
Eva Husson, autrice et réa­li­sa­trice
Juliette, chan­teuse, paro­lière, com­po­si­trice
Geoffroy de Lagasnerie, socio­logue et phi­lo­sophe
Yvan Le Bolloch’, comé­dien et musi­cien
Elisabeth Lebovici, his­to­rienne, cri­tique d’art
Blandine Lenoir, réa­li­sa­trice
Edouard Louis, écri­vain
Philippe Mangeot, ensei­gnant
Roger Martelli, his­to­rien
Caroline Mécary, avo­cate
Phia Ménard, per­for­meuse et met­teuse en scène
Vincent Message, écri­vain
Guillaume Meurice, humo­riste
Gérard Mordillat, cinéaste et roman­cier
Mouss et Hakim (Motivés/Zebda), chan­teurs
NnoMan, pho­to­re­por­ter
Océanerosemarie, auteure et comé­dienne
Thomas Piketty, éco­no­miste
Didier Porte, humo­riste
Denis Robert, jour­na­liste et écri­vain
Frédéric Sawicki, poli­tiste
Nicolas Silhol, réa­li­sa­teur
Bernard Stiegler, phi­lo­sophe
Aurélie Trouvé, agro-éco­no­miste
Dominique Vidal, jour­na­liste
Arnaud Viviant, écri­vain, cri­tique lit­té­raire
Jacques Weber, acteur, réa­li­sa­teur, scé­na­riste
Alice Zeniter, écri­vaine