Informer, partager, s'engager en Eure-&-Loir pour des alternatives ---- http://ensemble28.forum28.net
Adresse du site: http://ensemble28.forum28.net -- Pour contacter la rédaction : redaction@forum28.net L'ancien site reste accessible (non mis-à-jour) à l'adresse: http://ensemble.forum28.net

La menace de Le Pen dans toutes les têtes

La CGT et la FSU avaient déci­dé, cette année, d’organiser le défi­lé du 1er Mai à Dreux dont la région est par­ti­cu­liè­re­ment vic­time de la dégra­da­tion des condi­tions éco­no­miques et sociales.

Située entre les deux tours de la pré­si­den­tielle, cette mani­fes­ta­tion, forte de 400 per­sonnes, se devait d’être aus­si une mobi­li­sa­tion « contre l’extrême-droite ».

Cette thé­ma­tique fut pré­sente dans les dis­cours des res­pon­sables dépar­te­men­taux.

Pas une voix pour le Front National

Ainsi, Pierre Licout (FSU) ter­mi­na son inter­ven­tion, axée sur le rôle cen­tral du tra­vail qui ne se dément pas dans nos socié­tés (« pas une seule richesse n’existerait sans notre tra­vail ») et sur la recon­nais­sance des qua­li­fi­ca­tions qui doivent aug­men­ter encore, par cette affir­ma­tion : « Tous ces man­dats, toutes ces idées du mou­ve­ment syn­di­cal et de la FSU ne peuvent être por­tés que dans un cadre démo­cra­tique car celui-ci per­met l’expression de l’organisation des sala­riés. Liberté pour le mou­ve­ment syn­di­cal, pas une voix le Front National ».

Faire bar­rage à l’extrême-droite

Guylaine Raffin, secré­taire dépar­te­men­tale de la CGT, après avoir rap­pe­lé l’historique de la jour­née inter­na­tio­nale de lutte des tra­vailleurs et avant de rap­pe­ler les prin­ci­pales reven­di­ca­tions de son syn­di­cat a décla­ré à pro­pos du contexte élec­to­ral : « Nous sommes une orga­ni­sa­tion syn­di­cale de sala­riés, pas une orga­ni­sa­tion poli­tique… cepen­dant, nous ne sommes pas neutres. … cha­cune et cha­cun est libre de son choix en l’assumant plei­ne­ment en libre conscience. Il est pour­tant inté­res­sant de rap­pe­ler sur quelles valeurs a été fon­dée la CGT : des valeurs de paix, anti­co­lo­nia­listes, contre la guerre, pour l’émancipation de la classe ouvrière et de tout le sala­riat, pour l’émancipation par le pro­grès social, la trans­for­ma­tion et le chan­ge­ment de socié­té. »

Mais, c’est sur­tout James Bourgeois, de l’Union locale CGT, qui a consa­cré l’essentiel de sa prise de parole à la pré­sence de Le Pen au second tour : « C’est un dan­ger pour la démo­cra­tie, la cohé­sion sociale et le monde du tra­vail. Les gou­ver­ne­ments qui, depuis 2002, se sont suc­cé­dé, sans jamais répondre aux aspi­ra­tions légi­times à plus de jus­tice sociale, sans ouvrir de pers­pec­tives d’avenir meilleur, en  portent une lourde res­pon­sa­bi­li­té. Pour Dreux, cela s’est tra­duit par des mil­liers de licen­cie­ments.

La CGT n’aura de cesse de faire bar­rage à l’extrême-droite. Pas une voix ne doit se por­ter sur sa can­di­date.

Quand nous lut­tons pour l’égalité des droits, aux côté des sans-papiers et deman­deurs d’asile, contre l’injustice, pour la sécu­ri­té et la san­té au tra­vail, pour une amé­lio­ra­tion concrète de nos droits et une meilleure répar­ti­tion des richesses, nous lut­tons réel­le­ment contre la mon­tée du fas­cisme et l’instrumentalisation de la misère sociale. »

Tempête sous les crânes

Mais, étran­ge­ment, aucune ban­de­role, aucune pan­carte ne fai­sait allu­sion au dan­ger Le Pen. Celui-ci ali­men­tait pour­tant la plu­part des conver­sa­tions où s’échangeaient des argu­ments entre ceux qui ne pou­vaient voter Macron en rai­son de son pas­sé au gou­ver­ne­ment Hollande et de son pro­jet libé­ral et ceux qui vou­laient uti­li­ser le bul­le­tin Macron pour faire bar­rage à la repré­sen­tante du par­ti de des­cen­dance fas­ciste, menace pour les liber­tés.

Ces conver­sa­tions étaient ali­men­tées par les mili­tants poli­tiques (Parti Communiste Français, Lutte Ouvrière, Parti Socialiste  hamo­niste, Ensemble!, EÉLV) et les tracts ou la presse qu’ils dif­fu­saient.

Solidarité uni­ver­selle

Le 1er Mai est, tra­di­tion­nel­le­ment, le moment où les dif­fé­rents cou­rants sou­hai­tant l’amélioration et la trans­for­ma­tion sociale se retrouvent autour des valeurs de soli­da­ri­té uni­ver­selle bien repré­sen­tées cette année par le Collectif pour la Régularisation des Sans-papiers d’Eure-et-Loir et le Centre Culturel des Alévis1 basé à Dreux.

Empruntons la conclu­sion aux pan­cartes rédi­gées par les Alévis1 de Dreux :

  • en kurde : « Vive le 1er Mai ! »,
  • en turc : « Vive l’humanité ! Nous sommes tous égaux ! »

_________

  1. Alévis : mino­ri­té reli­gieuse de Turquie (par­mi les Turcs et les Kurdes) aux idées laïques et sou­vent pro­gres­sistes, régu­liè­re­ment bri­mées voire per­sé­cu­tées entraî­nant une émi­gra­tion.
WP2Social Auto Publish Powered By : XYZScripts.com
Partagez ce contenu