Informer, partager, s'engager en Eure-&-Loir pour des alternatives ---- http://ensemble28.forum28.net
Adresse du site: http://ensemble28.forum28.net -- Pour contacter la rédaction : redaction@forum28.net L'ancien site reste accessible (non mis-à-jour) à l'adresse: http://ensemble.forum28.net

Chronique d’une lutte
et d’une politisation

Niki Velissaropoulou, réalisatrice

Niki Velissaropoulou, réa­li­sa­trice

Le 9 mai aux Enfants du Paradis à Chartres, la pro­duc­trice char­traine Fanny Chrétien (La Boîte à Songes) pré­sen­tait en avant-pre­mière le docu­men­taire de Niki Velissaropoulou Nous ne ven­drons pas notre ave­nir en pré­sence de la réa­li­sa­trice et des deux prin­ci­pales pro­ta­go­nistes Dimitra et Garifalia. Elle pré­cise : « Ma mai­son de pro­duc­tion n’a que quatre ans, c’est le temps qu’il faut pour pro­duire un docu­men­taire et, là, je viens d’en ter­mi­ner trois. Mes choix partent d’une réa­li­sa­trice ou d’un réa­li­sa­teur pour des films ouverts sur le monde. »

En l’occurrence, le docu­men­taire pré­sen­té est l’œuvre d’une réa­li­sa­trice grecque qui vit en France depuis quelques années et qui, pré­oc­cu­pée par la situa­tion désas­treuse de son pays sou­mis aux dik­tats de l’Union Européenne, a res­sen­ti la néces­si­té de lui consa­crer un film. Et c’est en Chalcidique (région de Thessalonique), où elle a pas­sé ses vacances d’enfance, qu’elle a posé sa camé­ra pour fil­mer la lutte contre l’implantation d’une mine d’or par une socié­té d’exploitation cana­dienne (voir le synop­sis et les pho­tos du film), mine à ciel ouvert qui défi­gure la région et menace de pol­luer l’environnement par l’utilisation du cya­nure et du mer­cure.

Dimitra et Garifalia

Dimitra et Garifalia

On suit les jeunes filles sur quatre années depuis 2012 jusqu’à l’obtention de leur bac en 2017, dans ce qui pour­rait s’appeler une édu­ca­tion poli­tique, au rythme des dis­cus­sions entre elles ou avec leurs familles, avec leurs cama­rades du lycée, de leur visites au site minier qui s’installe en éven­trant la col­line, des mani­fes­ta­tions locales ou dans la grande ville. Niki Velissaropoulou a choi­si de ne pas réa­li­ser un docu­men­taire de socio­logue avec entre­tiens mais, réin­ves­tis­sant sa for­ma­tion de cinéaste de fic­tion, d’assembler des scènes spon­ta­nées de bavar­dages dans le quo­ti­dien pour en faire un récit. Elle confie :

« Il n’y a pas eu d’écriture avant de tour­ner les scènes mais je savais où je diri­geais les filles : un docu­men­taire sur la situa­tion liée à ce pro­jet minier et sur la poli­ti­sa­tion. Je sug­gé­rais des sujets de dis­cus­sion, par exemple sur l’engagement des parents, et je tour­nais pen­dant 45 minutes / 1 heure pour gar­der 4 ou 5 minutes dans le film. » Cependant, la pro­duc­trice pré­cise : « Le docu­men­taire c’est fil­mer du réel. On peut ima­gi­ner ce qui va se pas­ser et ça se passe comme ça… ou pas du tout ! Et on a eu ain­si de très belles sur­prises ».

La dis­cus­sion qui a sui­vi la pro­jec­tion a per­mis  de s’enquérir de la situa­tion de cette lutte aujourd’hui. « La lutte conti­nue. Il y a quelques jours, il y avait encore une mani­fes­ta­tion contre le pro­jet minier, un blo­cage du bureau de Syriza*, au pou­voir actuel­le­ment et qui a été élu, aus­si, pour arrê­ter la com­pa­gnie minière. Beaucoup de métiers de la région étant liés au tou­risme, à la pêche beau­coup se trouvent mena­cés, donc la lutte se pour­suit avec cepen­dant moins de par­ti­ci­pants » ren­seigne la réa­li­sa­trice.

Fanny Chrétien, productrice

Fanny Chrétien, pro­duc­trice

Fanny Chrétien annonce que le film va bien­tôt pas­ser sur France 3‑Corse** et qu’il inté­resse des télé­vi­sions étran­gères. « On va le mon­trer dans les fes­ti­vals. La ver­sion anglaise vient juste d’être ter­mi­née. Le sujet peut avoir une réson­nance uni­ver­selle ». Dimitra enchaîne « Ce qu’on vou­drait à tra­vers la dif­fu­sion de ce film en Grèce [ce qui est pré­vu NDLR], c’est que ça éveille des consciences et ça aide cette lutte pour qu’elle ait, peut-être, une fin heu­reuse et d’autres luttes sociales qui sont nom­breuses dans tous les domaines ». Et Niki Velissaropoulou exprime son sou­hait le plus cher : « J’aimerais que ce film soit pro­je­té dans les écoles dans beau­coup de pays car ce sont les jeunes qui vont construire la socié­té de demain. Il y a par­tout beau­coup de pro­jets miniers***. Je vou­drais que les jeunes prennent une conscience poli­tique pour essayer de construire un monde meilleur ».

Il est dom­mage que cette avant-pre­mière, pro­gram­mée au milieu des congés de prin­temps, n’ait pas atti­ré beau­coup de public. Peut-être sera-t-il pos­sible de  don­ner aux Chartrains une deuxième chance ? En tout cas, pro­duc­trice et réa­li­sa­trice sont dis­po­nibles pour pré­sen­ter, en France, leur docu­men­taire à tous les publics : « Les filles ne pour­ront pas être phy­si­que­ment pré­sentes lors des pro­jec­tions mais ça peut se faire par visio­con­fé­rences ».

J.C.

Coordonnées de La Boîte à Songes : tél  07 82 41 62 51 | laboiteasonges@gmail.com | http://www.laboiteasonges.com

Manolis Makridakis, son

Manolis Makridakis, tech­ni­cien son

Notes :

* Parti de l’actuel Premier Ministre Alexis Tsipras.

**La mis­sion de ser­vice public de FR3 Corse Via Stella s’étend à la Méditerranée. La dif­fu­sion est pré­vue le 5 juin sur FR3 Corse (dis­po­nible sur inter­net et sur le canal 30 des box internet/tv).

*** Sur un pro­jet de mine d’or en France :

https://reporterre.net/Une-action-est-en-cours-contre-le-projet-de-mine-d-or-au-Pays-basque

https://bizimugi.eu/sudmine-vs-pays-basque

WP2Social Auto Publish Powered By : XYZScripts.com
Partagez ce contenu