Le col­lec­tif AERéSP 28 (voir enca­dré) a sai­si l’occasion du 30ème anni­ver­saire de la Convention Internationale des Droits de l’Enfant (20 novembre) pour dis­tri­buer un tract sur la place des Épars à Chartres. Ce tract rap­pelle sur son rec­to les prin­ci­paux articles de la Convention. Au ver­so, le col­lec­tif dénonce : « En Eure-et-Loir, des enfants et ado­les­cents sont lais­sés sans pro­tec­tion, sous pré­texte d’un manque de moyens ».  S’ils doivent faire un recours auprès du juge des enfants en rai­son d’un rejet  par l’Aide Sociale à l’Enfance (ASE), ils « sont à la rue, sans accès aux droits en matière de san­té, sans accès à l’école, et expo­sés à tous les dan­gers ». L’AERéSP demande « que ces jeunes qui se déclarent mineurs voient leurs droits res­pec­tés en tant que tels le temps de la pro­cé­dure judi­ciaire. Nous deman­dons le res­pect de la pré­somp­tion de mino­ri­té ».

AERéSP 28 Présentation

Chartres 20-11-2019 AERéSP Tractage Droits-de-l'Enfant 4Le col­lec­tif constate que « ceux et celles qui finissent par être pris en charge le sont trop sou­vent dans des condi­tions indignes, héber­gés dans des hôtels plus que limites ou des dis­po­si­tifs au rabais. Le prix de jour­née, c’est-à-dire le bud­get jour­na­lier attri­bué à la prise en charge de ces jeunes, est en moyenne  deux fois moins éle­vé pour un mineur iso­lé étran­ger. Ces chiffres impliquent donc moins d’éducateurs dis­po­nibles pour assu­rer un sui­vi socio-édu­ca­tif de qua­li­té ».

L’AERéSP rap­pelle enfin ses objec­tifs :

« — impul­ser un large débat démo­cra­tique sur les droits des étran­gers et sen­si­bi­li­ser l’opinion sur les effets dévas­ta­teurs des poli­tiques actuelles,

- sou­te­nir et agir aux côtés de ces enfants dont les droits fon­da­men­taux sont mena­cés ou même niés,

 — agir pour que les poli­tiques locales, régio­nales, natio­nales et euro­péennes évo­luent et res­pectent les droits uni­ver­sels des enfants ».

Chartres 20-11-2019 AERéSP Tractage Droits-de-l'Enfant 3