Éclatant suc­cès de la mani­fes­ta­tion du 17 décembre à Chartres contre le pro­jet Macron-Delevoye des retraites et pour un sys­tème soli­daire amé­lio­ré : plus de 4 000 per­sonnes, au-delà donc du nombre du 5 décembre. Et l’apport déci­sif n’est pas four­ni par la CFDT (favo­rable à la retraite par points mais oppo­sée à l’âge pivot de 64 ans) dont le cor­tège orange en queue de manif ne ras­semble pas plus de 125 per­sonnes.

Qui sème la misère récolte la colère !”

La com­po­si­tion du cor­tège, dans ses équi­libres, est dif­fé­rente du 5 décembre. La CGT (cette fois en tête) et la FSU ras­semblent à elles seules lar­ge­ment plus de la moi­tié des par­ti­ci­pants avec un “avan­tage” pour la FSU. Les ensei­gnants ont confec­tion­né de mul­tiples ban­de­roles et pan­cartes. FO ras­semble, rela­ti­ve­ment, une par­ti­ci­pa­tion moins impor­tante. Solidaires est mon­té en puis­sance et se taille un beau suc­cès avec un Casimir à gilet vio­let apos­tro­phant Macron. Les Gilets Jaunes sont bien là avec leurs chants et slo­gans désor­mais habi­tuels der­rière la ban­de­role bleue de ceux de Nogent-le-Rotrou  « Qui sème la misère récolte la colère ». Derrière un âne (Macron ? Delvoye ? Belloubet ?) tirant une char­rette avec Père Noël une ving­taine d’avocats du bar­reau de Chartres défilent en robe avec leur bâton­nier Vincent Rivière. Cortège puis­sant, joyeux, opti­miste ponc­tué des fumi­gènes et des pétards d’alerte.

Nous exi­geons le retrait com­plet des cette réforme”

À l’issue d’un long par­cours pas­sant par l’Hôtel-Dieu, l’ex-ESPE, la Préfecture, le centre-ville, le cor­tège revient à son point de départ devant le théâtre. Des cen­taines de mani­fes­tants se massent autour des voi­tures sono pour écou­ter les res­pon­sables syn­di­caux avec une atten­tion sou­te­nue. Des pas­sages sont applau­dis : « Qu’il retire cette contre-réforme ! » s’exclame  Jean-François Paty de la CGT-28, «  la mise en place de l’âge pivot est pré­vue en 2022, c’est-à-dire qu’il fau­dra tra­vailler plus à par­tir de la géné­ra­tion 1958 et non 1975 », pré­cise-t-il, en s’exclamant « ce gou­ver­ne­ment ment ! ». Pour les femmes « qui subissent le tra­vail par­tiel et une car­rière hachée » le res­pon­sable de la CGT dénonce une mesure qui les obli­ge­ra à tra­vailler au-delà de 64 ans. « Nous exi­geons le retrait com­plet de cette réforme et aucune aug­men­ta­tion de l’âge de départ en retraite ».  « Nous n’accepterons pas un sys­tème qui fera de nos enfants des pré­caires à vie ». Il ajoute : « C’est un gou­ver­ne­ment aux abois, fra­gi­li­sé, qui cherche à impo­ser son régime de retraite par points pour satis­faire l’appétit des assu­rances pri­vée », concluant : « Notre sys­tème par répar­ti­tion créé à la sor­tie de la guerre dans un pays rui­né existe grâce à la soli­da­ri­té inter­gé­né­ra­tion­nelle ». Il ter­mine sur des mesures telles que « l’égalité sala­riale femmes-hommes, l’augmentation géné­rales des salaires et des pen­sions, la fin de l’exonération des coti­sa­tions patro­nales », qui amé­lio­re­raient le sys­tème actuel.

Vous avez oublié une chose en par­tant”

De son côté Pierre Licout, co-secré­taire de la FSU-28, s’adresse à Jean-Paul Delevoye : « Vous avez oublié quelque chose en par­tant : vous avez oublié votre réforme, empor­tez-là, on n’en veut pas ! » [ova­tions]. Il apos­trophe le gou­ver­ne­ment en fai­sant remar­quer que « les actuels retrai­tés sont dans la rue, avec les  futurs retrai­tés nés avant 1975, et les futurs retrai­tés nés après 1975 ! »

Se sont expri­més aus­si FO, l’UNSA, et Solidaires. Ces prises de paroles ont annon­cé la réunion inter­syn­di­cale qui devra prendre en compte la réus­site de cette grande mani­fes­ta­tion, et la déter­mi­na­tion des par­ti­ci­pants afin de pour­suivre le mou­ve­ment jusqu’au retrait de la réforme. La FSU a fait connaître sa pro­po­si­tion de mani­fes­ta­tion  «  Nos retraites aux flam­beaux » same­di 17 h. à Chartres.

 

Retrouvez les comptes-ren­dus des ras­sem­ble­ments et/ou mani­fes­ta­tions du 17 novembre à Dreux, Châteaudun et Nogent-le-Rotrou avec pho­tos sur notre fil d’info.

Ci-après la vidéo de la mani­fes­ta­tion de Châteaudun

L’intégrale de la mani­fes­ta­tion de Chartres en deux vidéos