L’intersyndicale ne désarme pas

 

Au sur­len­de­main de la grande mani­fes­ta­tion du 17 décembre ayant ras­sem­blé plus de 4 000 per­sonnes à Chartres, l’Intersyndicale CGT-FO-FSU-Solidaires, fer de lance dans notre dépar­te­ment de la bataille contre le pro­jet de réforme à points Macron-Delevoye (et désor­mais Pietraszewski), avait appe­lé à un ras­sem­ble­ment devant le théâtre pour rap­pe­ler au gou­ver­ne­ment que la colère ne s’éteindra pas avec les fêtes de fin d’année.

 

Nos retraites aux flam­beaux”

 

Près de 150 Euréliens avaient répon­du à l’appel dont quelques Gilets Jaunes. Sur le ras­sem­ble­ment, un tract éma­nant de la FSU, de Solidaires et de la CGT-Éduc’action était dis­tri­bué pour appe­ler à une nou­velle action plus spec­ta­cu­laire same­di pro­chain (21 décembre) à trois jours de Noël, sous la forme d’une marche noc­turne inti­tu­lée « Nos retraites aux flam­beaux ».

 

Au-delà du mois de décembre”

 

Le ras­sem­ble­ment s’est conclu par une lec­ture à plu­sieurs voix (une par syn­di­cat) du com­mu­ni­qué inter­syn­di­cal natio­nal publiée au soir du 17 décembre qui se conclut ain­si :

« Sans annonce du retrait, il n’y aura pas de trêve. Nous appe­lons à orga­ni­ser des actions de grève et de mani­fes­ta­tion par­tout où c’est pos­sible, notam­ment le 19 décembre par des mobi­li­sa­tions locales et ce, jusqu’à la fin de l’année.


Sans réponse du gou­ver­ne­ment dans les heures qui viennent, elles déci­de­ront des suites néces­saires, au-delà du mois de décembre. »