RETRAITES : le gou­ver­ne­ment va-t-il per­sis­ter dans sa stra­té­gie de divi­sion et de pour­ris­se­ment du conflit ?

1. État des lieux d’un mou­ve­ment his­to­rique 

Chartres 05-12-2019 Manifestation Retraites 99

Le 5 décembre devant la Préfecture d’Eure-&-Loir

À Chartres, comme par­tout dans le pays, la mobi­li­sa­tion du 17 décembre a lar­ge­ment confir­mé et ampli­fié le carac­tère mas­sif de la riposte au pro­jet de retraites par points du gou­ver­ne­ment, expri­mée dès le 5 décembre et le 10 décembre. Entre ces grands moments fédé­ra­teurs des ras­sem­ble­ments ont eu lieu les 12 et 14 décembre. À quelques jours des fêtes, les 19 et 21 décembre ont vu se mobi­li­ser 150 puis 300 per­sonnes et plus de 200 per­sonnes, entre les deux fêtes, le 28 décembre ! La grève des che­mi­nots dépasse les 25 jours pour beau­coup. Les gré­vistes se trouvent aus­si dans des ser­vices publics, sur­tout dans l’Éducation natio­nale, les jours de mani­fes­ta­tion notam­ment. L’ampleur de ce mou­ve­ment est remar­quable, dépasse en durée celle de 1995. La grève est recon­duite à la SNCF et à la RATP. L’économie tourne au ralen­ti. Le sou­tien aux gré­vistes et la soli­da­ri­té finan­cière sont réels. D’autres foyers de luttes existent, tels la Culture, la ville de Paris et l’Opéra de Paris.

Pénibilité [Fred Sochard]

Pénibilité

Le pou­voir Macron a déci­dé un affron­te­ment violent contre le monde du tra­vail, ampli­fié par le dis­cours d’Édouard Philippe. Il a dur­ci et accé­lé­ré le calen­drier de son pro­jet avec l’âge pivot, qui n’était pas offi­cia­li­sé jusqu’ici, dans une optique élec­to­ra­liste (en 2022 : récu­pé­rer l’électorat Fillon) et sous la pres­sion du MEDEF. Les trom­pe­ries de Jean-Paul Delevoye n’ont fait qu’accroître le sen­ti­ment d’un piège sup­plé­men­taire du pou­voir.

Face à cette attaque d’ampleur, le rap­port de force exi­ge­rait, en plus de la para­ly­sie des trans­ports, l’entrée en grève du sec­teur pri­vé, afin d’obtenir le retrait de la réforme. Nous ver­rons ce qui va se pas­ser du côté des raf­fi­ne­ries et lors de la jour­née de grèves et de mani­fes­ta­tions du jeu­di 9 jan­vier, qui se pré­pare acti­ve­ment. Sans négli­ger les ren­dez-vous nom­breux dans les jours à venir, et notam­ment :

- same­di 4 jan­vier à Chartres, ras­sem­ble­ment pré­vu place Châtelet à 14 h. 30, avec mani­fes­ta­tion pos­sible ;

- same­di 4 jan­vier à Paris, mani­fes­ta­tion dépar­te­men­tale à l’appel de l’intersyndicale CGT75-FO-FSU-Solidaires75 ain­si que UNEF, UNL et MNL pour les jeunes.