Une mobi­li­sa­tion tenace

 

« Cela fait deux mois que nous sommes mobi­li­sés », ain­si com­mence la décla­ra­tion de l’Intersyndicale (CGT, FO, FSU, Solidaires) pro­non­cée en son nom par Éric Jarry (FO), avant le départ de la mani­fes­ta­tion  du 6 février. Et si le nombre n’atteint pas ceux des grandes jour­nées de décembre et de jan­vier, c’est quand même près de 400 mani­fes­tants qui arpentent une nou­velle fois le centre-ville de Chartres confir­mant une oppo­si­tion au pro­jet Philippe-Macron et  une mobi­li­sa­tion tenaces.

 

Le défi­cit des caisses de retraites n’existe pas

 

La décla­ra­tion de ce jour est cen­trée sur le finan­ce­ment des retraites : «  Nous sommes éga­le­ment une semaine après l’ouverture de la confé­rence de finan­ce­ment mise en place par le gou­ver­ne­ment pour faire croire qu’il est prêt à négo­cier […] Nous dénon­çons les mani­pu­la­tions […] on nous a déjà fait plu­sieurs fois le coup de vou­loir jus­ti­fier une aug­men­ta­tion de la durée de coti­sa­tion ou le report de l’âge d’ouverture des droits au nom d’un défi­cit des caisses de retraites que la démo­gra­phie pro­vo­que­rait en aug­men­tant le nombre de retrai­tés par actif. Or, ce défi­cit n’existe pas car il ne résulte pas d’une aug­men­ta­tion des dépenses c’est-à-dire des pres­ta­tions ver­sées aux retrai­tés de plus en plus nom­breux. Ce défi­cit est le pro­duit d’une dimi­nu­tion des recettes à cause du chô­mage qui réduit le nombre des coti­sants, donc le volume de coti­sa­tions, à cause des exo­né­ra­tions de coti­sa­tions sociales, à cause de la non com­pen­sa­tion par l’État de ces exo­né­ra­tions, à cause des poli­tiques de gel des salaires […] Il est donc facile de trou­ver non seule­ment la péren­ni­té mais éga­le­ment l’amélioration du finan­ce­ment des caisses de retraites. »

La lutte conti­nue

 

Avant la dis­lo­ca­tion, devant la Préfecture, c’est Bernard Vinsot (CGT) qui remer­cie les par­ti­ci­pants,. Il note que  les femmes devaient être les “grandes gagnantes” de la réforme, pour­tant, elles ont dis­pa­ru des cas types de l’étude d’impact de la réforme… Constatant la fra­gi­li­sa­tion du dis­cours gou­ver­ne­men­tal, il appelle à la pour­suite de la lutte pour le retrait du pro­jet.

Au moment de publier ce texte, nous appre­nons que l’Intersyndicale natio­nale appelle à une nou­velle jour­née de grèves et mani­fes­ta­tions le 20 février.