Nogent-le-Rotrou était, le 20 février, la pre­mière étape de l’opération « En marche jusqu’au retrait » lan­cée par des citoyens de la Mayenne, sou­te­nus par les syn­di­cats Solidaires, CGT, FO et FSU. Venus de leur lieu d’hébergement, la nuit pré­cé­dente, à La Chapelle-Souëf, ils ont retrou­vé, à 17 h. 30 devant la gare, les Nogentais dési­reux de les sou­te­nir et de mar­quer leur oppo­si­tion à la casse du sys­tème soli­daire de retraites. Militants syn­di­caux, gilets jaunes ou simples citoyens, c’est une bonne soixan­taine de per­sonnes qui ont arpen­té les rues de la ville pas­sant devant la mai­rie puis la sous-pré­fec­ture.

La pluie qui s’est invi­tée dès le départ, par­fois avec inten­si­té, n’a pas refroi­di le dyna­misme des mani­fes­tants repre­nant, au rythme des per­cus­sions, les slo­gans rodés ailleurs depuis le 5 décembre, notam­ment « La retraite, elle est à nous, on s’est bat­tu pour la gagner, on se bat­tra pour la gar­der » ou le qua­si hymne des Gilets jaunes « On est là, on est là, même si Macron ne le veut pas ; Pour l’honneur des tra­vailleurs et pour un monde meilleur ».

Tous ceux qui le sou­hai­taient ont ensuite pu par­ti­ci­per au repas au centre socio-cultu­rel. Les mar­cheurs étant affa­més (on les com­prend !), le pro­gramme a été inver­sé : la res­tau­ra­tion à eu lieu avant les échanges sur la retraite et sur la marche qui ont été déve­lop­pés au moment du des­sert.  Sans pro­lon­ger trop la dis­cus­sion afin que les voya­geurs puissent rejoindre tôt leur héber­ge­ment aux Étilleux et être en bonne forme pour l’étape de Courville-sur-Eure le len­de­main.

Notons que l’Écho répu­bli­cain a boy­cot­té la marche et la mani­fes­ta­tion. Invité à un point de presse lun­di, il n’est pas venu. Il n’a pas publié le com­mu­ni­qué envoyé à la suite et n’a pas ren­du compte (à la date du 21 février)…