Lizurey Une de l'Écho 31-03-2020

À la une de l’Écho du 31-03-2020

À l’heure où le géné­ral Lizurey, désor­mais élu muni­ci­pal de Chartres, devient assis­tant d’Édouard Philippe pour le Covid-19, et que l’Écho répu­bli­cain lui consacre un por­trait sou­riant, il n’est pas inutile de scru­ter sa bio­gra­phie comme l’a fait Reporterre

« Rien de tel qu’un mili­taire pour remettre un peu d’ordre dans l’organisation du tra­vail gou­ver­ne­men­tal », écrit, en intro­duc­tion, le jour­nal Le Monde. Selon ses infor­ma­tions, le géné­ral Richard Lizurey, a été char­gé d’évaluer l’organisation inter­mi­nis­té­rielle de la ges­tion de crise du Covid-19. Il pos­sède depuis une semaine un bureau à Matignon. « Il est très bon en ges­tion de crise », a assu­ré un proche d’Édouard Philippe.

Répression des mou­ve­ments sociaux et éco­lo­gistes

Gaz lacrymogènes

Lacrymogènes à Notre-Dame-des-Landes, 13 avril 2018

Depuis 2016, cet ancien direc­teur géné­ral de la gen­dar­me­rie natio­nale a été en pre­mière ligne dans la répres­sion des mou­ve­ments sociaux et éco­lo­gistes. Cette nomi­na­tion vient illus­trer la place gran­dis­sante que prennent les mili­taires dans « la guerre contre le coro­na­vi­rus ».

Commandement de l’é­va­cua­tion de Notre-Dame-des-Landes

En 2018, il avait mené l’évacuation de la Zad de Notre-dame-des-Landes. Une opé­ra­tion mili­taire qui avait bles­sé plu­sieurs cen­taines de per­sonnes. Un homme avait éga­le­ment eu la main arra­chée. À l’époque, le géné­ral avait affir­mé « regret­ter cet inci­dent qui mal­heu­reu­se­ment fait par­tie des choses qui peuvent arri­ver ».

Face aux Gilets Jaunes

Le géné­ral Richard Lizurey a aus­si affron­té la fronde des Gilets jaunes. À la veille de la mani­fes­ta­tion du 8 décembre 2018, il expli­quait sur C News : « On n’exclut pas les coups de feu. Nous serons sur leur route et nous les empê­che­rons de pas­ser. »

A.Benalla et M.Aubry, 08-09-2011 [WikimediaCommons, Freddy752]

A.Benalla et M.Aubry, 08-09-2011

Revenant sur la crise des Gilets jaunes en juin 2019, le géné­ral expli­quait dans Le Figaro avoir dû trans­for­mer la gen­dar­me­rie « en termes de for­ma­tion, d’équipement et de limi­ta­tion de l’usage de la force. (…) Face à un mou­ve­ment spon­ta­né, dis­per­sé, impré­vi­sible et une vio­lence accrue, il a fal­lu nous adap­ter. Cela a été l’occasion de nous inter­ro­ger sur notre modèle pour être meilleur encore demain au pro­fit de la sécu­ri­té ». D’après lui, la polé­mique sur un usage dis­pro­por­tion­né de la force a été « exces­sive », car, « au total, le dis­cer­ne­ment a été à la manœuvre », sou­li­gnait-il.

Pour la pro­mo­tion de Benalla

Autre fait d’arme, Richard Lizurey avait aus­si pro­mu Alexandre Benalla au grade de lieu­te­nant-colo­nel dans la réserve. « C’est une déci­sion per­son­nelle et j’assume », avait- il dit devant le Sénat.

 

 

Retrouvez l’ar­ticle sur reporterre.net et notre fil d’in­fo lors de l’é­va­cua­tion de Notre-Dame-des-Landes