Logo Collectif AERéSP28 avec sous-titre V.finale

 

Alors que la situa­tion se dégrade dans les Centres de réten­tion admi­nis­tra­tive pour migrants sans papiers res­tés ouverts, le col­lec­tif AERéSP 28 a adres­sé des cour­riels aux par­le­men­taires d’Eure-et-Loir pour qu’ils inter­viennent d’ur­gence. Voir le texte.

 

Voir aus­si son com­mu­ni­qué de presse du 21 mars infor­mant de ses inter­ven­tions auprès du Conseil dépar­te­men­tal et de l’ASE, ain­si qu’au­près de la Préfecture sur la ques­tion des mineurs iso­lés en Eure-&-Loir.

Pour joindre le col­lec­tif : aeresp28@protonmail.org

Sa page face­book : https://www.facebook.com/collectif.eure.et.loir.terre.d.accueil/

 

Mesdames, Messieurs les Député/es et Sénatrices/Sénateur d’Eure-et-Loir,

 

Comme vous le savez, sur les vingt-quatre Centres de Rétention Administrative fran­çais, qua­torze sont désor­mais vides et quatre comptent moins de cinq per­sonnes encore rete­nues. Mais il reste en région pari­sienne qua­rante-sept per­sonnes au Mesnil-Amelot et une cin­quan­taine à Vincennes.

Dans la crise sani­taire actuelle, ces CRA connaissent une dégra­da­tion épou­van­table des condi­tions d’en­fer­me­ment des rete­nus, en dan­ger de conta­mi­na­tion, dépour­vus de condi­tions mini­males d’exis­tence, et vio­lem­ment répri­més lors­qu’ils tentent de se faire entendre.

Les témoi­gnages abondent, de per­sonnes rete­nues, de média, d’a­vo­cats, d’as­so­cia­tifs, d’élus.

De nom­breuses asso­cia­tions et 104 par­le­men­taires sont inter­ve­nus auprès de l’État pour deman­der la régu­la­ri­sa­tion des sans-papiers, afin “d’a­mé­lio­rer la ges­tion de la crise sani­taire”.

Les sans-papiers ont droit, au même titre que nous, à la san­té et à la sécu­ri­té. Mais leurs droits sont bafoués par l’État fran­çais. La simple huma­ni­té exige leur libé­ra­tion ; la néces­saire pro­tec­tion de tous les êtres humains pré­sents sur le sol fran­çais exige leur mise à l’abri et leur sui­vi médi­cal. La seule solu­tion est de leur attri­buer un droit de séjour ain­si que la pos­si­bi­li­té maté­rielle de se mettre à l’abri de la pan­dé­mie, en atten­dant qu’ils puissent faire valoir tous leurs droits.

Ceci est d’autant plus néces­saire du fait de l’ar­rêt de l’ac­cès à la demande d’a­sile et de l’ac­cès à l’OFII. Le pla­ce­ment en réten­tion actuel­le­ment n’est pas qu’une pra­tique dan­ge­reuse pour la socié­té et pour les rete­nus au niveau sani­taire, elle est éga­le­ment illé­gale faute de pers­pec­tives d’é­loi­gne­ment (arrêt des vols et fer­me­ture des fron­tières).

Nous nous adres­sons à vous en tant qu’élus de la nation, afin que vous inter­ve­niez de toute urgence pour que cesse cette situa­tion indigne, insup­por­table.

Veuillez agréer nos sin­cères salu­ta­tions,

Le Collectif AERéSP28

(Accueil des Exilé/es et Régularisation des Sans Papiers — Eure et Loir)