Depuis plu­sieurs mois, nous sui­vons avec atten­tion et inté­rêt ce qui naît entre des asso­cia­tions et mou­ve­ments envi­ron­ne­men­taux et cli­ma­tiques, par­mi les plus impor­tants du pays dont Greenpeace, et plu­sieurs syn­di­cats dont la CGT. Petits pas par petits pas, les uns ont admis que ce qui était le cœur des pré­oc­cu­pa­tions des ‘’envi­ron­ne­men­taux’’ ne pou­vait trou­ver des solu­tions sans pro­gres­sion de la jus­tice sociale, che­val de bataille his­to­rique des syn­di­cats… et réci­pro­que­ment. On a vu fleu­rir sur les pan­cartes Justice sociale / Justice cli­ma­tique. Peu après le début du confi­ne­ment, ces orga­ni­sa­tions ont abou­ti à une décla­ra­tion com­mune inti­tu­lée “Plus jamais ça ! Préparons le jour d’après” pour aler­ter sur la situa­tion inquié­tante de l’humanité révé­lée aux yeux de tous par la pan­dé­mie.

Des décli­nai­sons dépar­te­men­tales de cet appel ont vu le jour. Ainsi, en Eure-et-Loir, quatre asso­cia­tions et quatre syn­di­cats ont publié un com­mu­ni­qué le 29 avril inti­tu­lé ‘‘Préparons le jour d’après’’.

Parallèlement, les forces poli­tiques de gauche et éco­lo­gistes ont mar­qué leur inté­rêt pour cette ini­tia­tive inédite. Le col­lec­tif d’organisations natio­nal leur a alors adres­sé un cour­rier les invi­tant à pour­suivre les échanges. Une ren­contre sous forme d’un forum vir­tuel (et non de ren­contres bila­té­rales) a eu lieu le 20 mai. Des pistes d’actions com­munes ont été évo­quées pour le mois de juin ou la ren­trée… Petits pas là encore.

Mais un grand pas a été fran­chi par  19 orga­ni­sa­tions syn­di­cales, asso­cia­tives et ONG en publiant le 26 mai un’Plan de sor­tie de crise’’ avec 34 pro­po­si­tions, à court terme mais aus­si à long terme. À lire en PDF en cli­quant sur la page de cou­ver­ture.