De Médiapart / 11 sep­tembre 2020 / Laurent Mauduit

Le titre ori­gi­nal a été adap­té par ensemble28.forum28.net qui a ajou­té des sous-titres

Du groupe Korian, pre­mier groupe euro­péen de mai­sons de retraite et ges­tion­naire de nom­breux Ehpad en France1, on a beau­coup par­lé ces der­niers mois, au gré du décompte macabre des décès liés au Covid qui n’ont ces­sé d’augmenter dans ces rési­dences au plus fort de la crise sani­taire : 356 décès au 10 avril, 606 au 27 avril, sur un total de 23 000 rési­dents… Au total, le groupe indique sur son site qu’il a décomp­té dans ses éta­blis­se­ments à la fin mai 332 décès liés au Covid et 384 décès avec sus­pi­cion de Covid mais non tes­tés.

Le mar­ché des per­sonnes âgées

Mais d’une autre réa­li­té, on parle beau­coup moins. Comme la Sécurité sociale ne couvre pas la dépen­dance, le « mar­ché » des per­sonnes âgées – ter­rible for­mule ! – a été enva­hi par des groupes dignes d’un capi­ta­lisme rapace, ne connais­sant qu’une seule loi, celle du pro­fit, des divi­dendes pour les action­naires, et des salaires miro­bo­lants pour les cadres diri­geants. Or Korian est aus­si l’emblème de ce capi­ta­lisme, qui est en passe de pri­va­ti­ser l’un des sec­teurs clefs de la san­té.

L’État com­plice

Et le plus spec­ta­cu­laire, c’est que le groupe ne pro­fite pas de l’indifférence de la puis­sance publique, qui n’a jamais vou­lu régler ce pro­blème majeur du finan­ce­ment de la dépen­dance ; il œuvre en ce sens avec son appui. À preuve, ce groupe, qui copie les mœurs finan­cières anglo-saxonnes du CAC 40, a conclu un par­te­na­riat stra­té­gique avec Icade Santé, qui est une filiale de la Caisse des dépôts et consi­gna­tions (CDC), la très puis­sante ins­ti­tu­tion finan­cière publique. En clair, l’État n’est pas impuis­sant, il est com­plice. Au terme de ce par­te­na­riat, il construit les éta­blis­se­ments ou cli­niques que le groupe ensuite exploite…

La D.G. de Korian baisse son salaire…

Sophie Boissard ©@twitter

Sophie Boissard ©@twitter

Au plus fort de la crise sani­taire, Korian s’est certes appli­qué a don­né de lui l’image la plus soli­daire pos­sible. Le 27 avril, dans Le Parisien, la direc­trice géné­rale Sophie Boissard cherche ain­si à redo­rer la répu­ta­tion de son groupe, visé par de nom­breuses plaintes pour mises en dan­ger de la vie d’autrui, et fait ses annonces : « J’ai déci­dé de bais­ser mon salaire et mes primes de l’année 2020 de 25 % pour ali­men­ter un nou­veau fonds de 1 mil­lion d’euros qui finan­ce­ra des recherches thé­ra­peu­tiques dédiées au grand âge et des actions de soli­da­ri­té envers les femmes. Le pré­sident et les 23 admi­nis­tra­teurs et membres du comi­té de direc­tion y contri­bue­ront éga­le­ment […] Oui. Je sou­haite qu’une prime soit ver­sée d’ici la fin du second tri­mestre à l’en­semble du per­son­nel de nos 308 Ehpad et 83 cli­niques qui s’est impli­qué dans la crise. Ce sera une prime de 1 000 euros, de type Macron, donc non impo­sable et sans charges sociales. »

…mais béné­fi­cie de 42 771 actions gra­tuites !

À peine les pro­jec­teurs de l’actualité ne sont-ils plus bra­qués sur Korian, que les choses changent. À la fin de l’été, le 28 août, le plus dis­crè­te­ment pos­sible, la même Sophie Boissard […] fait une décla­ra­tion à l’Autorité des mar­chés finan­ciers (AMF), ce qui est une obli­ga­tion légale, annon­çant qu’elle a cédé sur les mar­chés 11 340 actions à 33 euros l’action. Soit un mon­tant glo­bal de 374 220 euros.

[…] Précision du jour­nal Le Revenu, […] : « La diri­geante de l’ex­ploi­tant de mai­sons médi­ca­li­sées a reçu le 4 août der­nier 42 771 actions gra­tuites dites “de per­for­mance”. Elle déte­nait le 31 décembre der­nier 17 510 actions. »

Car tout est là. Korian est l’une des socié­tés qui a pro­fi­té de l’incurie de la puis­sance publique en matière de finan­ce­ment de la dépen­dance pour inves­tir mas­si­ve­ment dans ce sec­teur et y impor­ter les pra­tiques finan­cières spé­cu­la­tives du capi­ta­lisme finan­cia­ri­sé. Pour dire les choses plus bru­ta­le­ment, c’est l’une des socié­tés qui du même coup amasse des for­tunes sur le dos des per­sonnes âgées. […]

Une rému­né­ra­tion digne d’un patron du CAC 40

Korian_logo_2020Et le pre­mier trait dis­tinc­tif de ces groupes finan­cia­ri­sés, ce sont les ponts d’or que leurs action­naires accordent aux man­da­taires sociaux. Sophie Boissard dis­pose donc d’une rému­né­ra­tion digne d’un patron du CAC 40 – autre­ment dit, elle n’a fait qu’un très maigre sacri­fice en annon­çant une baisse de 25 % de ses rému­né­ra­tions pour 2020. […]

Le sacri­fice consen­ti par la direc­trice géné­rale appa­raît d’autant plus sym­bo­lique que l’intéressée pro­fite de très nom­breux autres avan­tages. À la lumière du même rap­port, publié alors que Korian annon­çait chaque jour un nombre crois­sant de décès, on apprend ain­si que la même direc­trice géné­rale a l’assurance d’empocher un for­mi­dable para­chute en or, si d’aventure elle était invi­tée à quit­ter ses fonc­tions. « À sup­po­ser que Mme Sophie Boissard cesse ses fonc­tions au cours de l’exercice 2020, sur la base de ses rému­né­ra­tions des trois der­niers exer­cices (2019, 2018 et 2017), elle aurait droit de per­ce­voir 1 755 000 euros, soit envi­ron 2,62 % du béné­fice annuel 2019 (lequel s’élevait à 66 961 178,31 euros) », lit-on dans le rap­port.

Des marges phé­no­mé­nales

[…] En résu­mé, ce groupe fonc­tionne comme un fonds finan­cier spé­cu­la­tif, déga­geant des pro­fits for­mi­dables, et cou­vrant d’or ceux qui le servent, à com­men­cer par sa direc­trice géné­rale. Il suf­fit de regar­der les marges du groupe, résu­mées par le tableau ci-des­sous, pour com­prendre qu’en l’absence d’un pôle dépen­dance de la Sécurité sociale, le « mar­ché » des plus âgés est une mine d’or pour des groupes qui visent des ren­ta­bi­li­tés à cou­per le souffle, avec un taux de marge pour Korian qui dépasse 26 %.Marges de Korian

Mais le plus sidé­rant, c’est que la puis­sance publique est donc tota­le­ment soli­daire de cette pri­va­ti­sa­tion accé­lé­rée de la san­té. Et si l’on en veut une preuve, c’est encore Korian qui l’apporte puisque le groupe a conclu un accord de par­te­na­riat avec Icade Santé, filiale de la Caisse des dépôts et consi­gna­tions (CDC). […]

Pour lire l’intégralité de l’article, chiffres à l’appui, sui­vez ce lien vers mediapart.fr

_______

  1. En Eure-et-Loir, Korian pos­sède trois mai­sons de retraites : à Chartres (Villa Evora), à Dreux (La Roseraie) et Nogent-le-Rotrou (Les Temps bleus) ce qui avec 278 lits (en 2016) en fait le pre­mier groupe pri­vé dans ce sec­teur [L’Écho répu­bli­cain, 18-02-2016, p. 3]. Note de la rédac­tion d’forum28.net