Aller au contenu
Informer, partager, s'engager en Eure-&-Loir pour des alternatives ---- http://ensemble28.forum28.net

Le crime per­pé­tré contre un ensei­gnant à Conflans-Sainte-Honorine sus­cite une vive émo­tion. Ensemble!  s’est expri­mé par un pre­mier com­mu­ni­qué repro­duit ici. Le col­lec­tif dépar­te­men­tal Ensemble! 28 appelle à par­ti­ci­per à toutes les ini­tia­tives qui seront déci­dées dans l’u­ni­té dans cet esprit.

Les porte-paroles natio­naux des syn­di­cats ensei­gnants ont publié des com­mu­ni­qués que nous repro­dui­sons ci-après.

Dès ce matin, la FSU 28 avait appe­lé à un ras­sem­ble­ment d’en­sei­gnants devant le col­lège Hélène-Boucher (pho­to ci-des­sous).

Assassinat Conflans Rassemblement Profs Chartres devant CLG Boucher 17-10-2020 [Photo H.Villemade]

 

Un ras­sem­ble­ment vient d’être déci­dé pour dimanche 18 octobre, 15 h., place Châtelet à Chartres. Ensemble! 28 s’y asso­cie.

Notre site infor­me­ra sur les futures ini­tia­tives dans notre dépar­te­ment.

Un acte ignoble et révoltant

La FSU a appris avec effroi l’attentat dont a été vic­time un pro­fes­seur d’histoire du col­lège de Conflans St Honorine. La FSU exprime son sou­tien à sa famille, ses proches et les per­son­nels du col­lège. Cet ensei­gnant a été tué pour avoir exer­cé son métier, en cours d’EMC, ensei­gne­ment moral et civique des­ti­né à échan­ger et débattre afin d’éveiller l’esprit cri­tique des élèves : il a expo­sé dans ce contexte les cari­ca­tures de Mahomet, cours qu’il fai­sait depuis des années, dans le res­pect des croyances des uns et des autres, et de la laï­ci­té.

C’est toute la com­mu­nau­té édu­ca­tive, per­son­nels mais aus­si familles et élèves, qui est pro­fon­dé­ment atteinte et endeuillée, et au-delà l’ensemble de la socié­té. L’assassinat lâche et abject d’un ensei­gnant porte aus­si attaque à des prin­cipes fon­da­men­taux de la répu­blique comme la liber­té d’expression, la liber­té de conscience, la laï­ci­té.

La FSU demande que tout le sou­tien néces­saire soit appor­té aux per­son­nels et au ser­vice public d’éducation. Elle demande que cha­cun s’abstienne de toute ins­tru­men­ta­li­sa­tion poli­tique. Elle refu­se­ra toute stig­ma­ti­sa­tion des musul­mans. Elle ne lâche­ra rien sur la néces­si­té d’apporter par­tout, pour tous, l’instruction, la rai­son, la réflexion et tout ce qui per­met de construire l’autonomie de juge­ment.

La FSU appelle d’ores et déjà à des ras­sem­ble­ments uni­taires à Paris demain, dimanche 18 octobre 2020, à 15h00 place de la République et par­tout en France.

 

Les Lilas, le 17 octobre 2020

 

L’École frappée par la barbarie

Vendredi 16 octobre 2020, la bar­ba­rie du ter­ro­risme a frap­pé l’École de la République. Cette date mar­que­ra dou­lou­reu­se­ment notre pays. Pour avoir fait son métier, édu­quer, un col­lègue pro­fes­seur d’histoire-géographie, l’un des nôtres, a été sau­va­ge­ment assas­si­né.
Le SE-Unsa salue la mémoire de Samuel Paty et témoigne sa pro­fonde émo­tion et tout son sou­tien à sa famille et ses proches. Le SE-Unsa exprime toute sa soli­da­ri­té à l’ensemble de ses col­lègues, de ses élèves et de leurs familles.
La République et son École sont frap­pées au cœur. C’est toute la pro­fes­sion, et plus lar­ge­ment l’ensemble de la com­mu­nau­té édu­ca­tive et de la socié­té, qui sont pro­fon­dé­ment meur­tris par cet acte ter­ro­riste. L’École publique est en deuil.
Le SE-Unsa par­tage l’expression du Premier ministre : La République, c’est l’Éducation.
Pour défendre, pour pro­té­ger l’École de la République, le SE-Unsa appelle à l’unité. Le SE-Unsa appelle les per­son­nels ain­si que tous les citoyens qui le vou­dront à par­ti­ci­per à toutes les actions d’expression de notre émo­tion, de notre atta­che­ment com­mun à l’École et de notre déter­mi­na­tion col­lec­tive à ne rien céder aux obs­cu­ran­tismes quels qu’ils soient, à celles et ceux qui remettent en cause les valeurs de la République, la liber­té de conscience, la liber­té d’expression et la laï­ci­té.
Paris, le 17 octobre 2020

SUD éducation exprime son horreur

Un ensei­gnant d’un col­lège des Yvelines a été déca­pi­té en fin d’après-midi, ce ven­dre­di 16 octobre. D’après une publi­ca­tion reven­di­quant l’attentat sur les réseaux sociaux, l’assassinat ferait suite à un cours de l’enseignant sur la liber­té d’expression, uti­li­sant les cari­ca­tures de Mahomet faites dans Charlie Hebdo.

SUD édu­ca­tion exprime son hor­reur face à cet assas­si­nat et adresse ses pen­sées à ses proches, ses col­lègues, ses élèves, sa famille. La dou­leur de perdre un proche, un pro­fes­seur, un col­lègue est insup­por­table, par­ti­cu­liè­re­ment dans de telles condi­tions.

Les ensei­gnant-e‑s doivent pou­voir abor­der les dif­fé­rents sujets du pro­gramme en classe en uti­li­sant les sup­ports péda­go­giques qui leur paraissent per­ti­nents sans avoir à craindre des repré­sailles, sans même par­ler des menaces sur leurs vies. À ce titre, l’ensemble des ensei­gnant-e‑s se montrent soli­daires des proches de notre col­lègue, de sa famille, de ses élèves, de ses col­lègues.

Logo CGT-educ-actionEntre horreur, tristesse et colère

 

La CGT Éduc’action tient, en tout pre­mier lieu, à expri­mer son sou­tien le plus pro­fond aux proches de la vic­time mais aus­si à ses col­lègues et  à ses élèves.

Pour la CGT Éduc’action, c’est toute notre pro­fes­sion qui est endeuillée mais qui res­te­ra com­ba­tive parce que l’École doit res­ter le lieu du vivre ensemble, de l’émancipation et doit for­mer des citoyen.nes libres et éclairé·es.

L’École ne pour­ra jamais, à elle seule, soi­gner les frac­tures d’une socié­té minée par les inéga­li­tés sociales et les dis­cri­mi­na­tions. Son rôle d’émancipation col­lec­tive et indi­vi­duelle ne pour­ra s’accomplir vrai­ment  qu’en tra­vaillant à une réelle et pro­fonde trans­for­ma­tion de la socié­té sur les bases de la jus­tice sociale et d’une véri­table éga­li­té.

Sur le ter­rain, les enseignant.es, dans leur quo­ti­dien doivent redou­bler d’ingéniosité pour ensei­gner l’éducation civique, la science et conser­ver leur liber­té péda­go­gique.

Un·e  enseignant·e doit pou­voir, dans son ensei­gne­ment, abor­der tous les sujets du pro­gramme sans avoir peur pour sa vie ou celle de ses proches.

Pour l’heure, c’est  le temps du recueille­ment et de la rete­nue qui prime. La CGT Éduc’action se tien­dra aux côtés des col­lègues qui conti­nue­ront d’accomplir leur mis­sion avec digni­té.

La CGT Educ’action sou­tient tous les ras­sem­ble­ments  locaux en hom­mage à notre col­lègue.

Montreuil, le 17 octobre 2020

 

Logo SGEN CFDT VersaillesLe Sgen-CFDT apporte tout son sou­tien aux proches

Communiqué du Sgen-CFDT Versailles

Nous avons appris avec effroi l’horrible assas­si­nat d’un ensei­gnant du col­lège du Bois d’Aulne de Conflans Sainte Honorine (Yvelines).

Face à cette folie cri­mi­nelle, c’est la piste ter­ro­riste qui est pri­vi­lé­giée.

Nous appor­tons notre sou­tien plein et entier aux proches de notre col­lègue et à l’ensemble de la com­mu­nau­té édu­ca­tive de l’établissement et de la com­mune.

C’est toute notre pro­fes­sion qui est endeuillée et sous le choc, mais com­ba­tive.

Plus que jamais, l’école est et doit res­ter un lieu de construc­tion de l’esprit cri­tique et d’apprentissage des liber­tés, contre toutes les bar­ba­ries.

16 octobre 2020

Partagez ce contenu
Faire défiler vers le haut