Déc
30
lun
Rohingyas, un exil au Bangladesh / Exposition photo / Lycée Marceau / Chartres / Jusqu’au 31 janvier @ CHARTRES - Lycée Marceau
Déc 30 2019 @ 16 h 02 min – Jan 31 2020 @ 18 h 00 min

Marie-Cécile Miquelis, Professeure d’Arts Plastiques, présente ainsi la genèse de l'exposition sur le site du Lycée Marceau de Chartres :

"En prolongement d’un projet sur les migrations réalisé l’an dernier avec Amnesty International, les élèves de première spécialité Arts Plastiques ont rencontré Marion Péhée Photographe Reporter, ancienne élève du Lycée Marceau (série L Arts Plastiques) et assuré le commissariat de l’exposition."

Suit une biographie de la photographe :

Marion Péhée, portrait [©Marion Péhée]Née en 1989 à Chartres, Marion Péhée est une ancienne élève du Lycée Marceau en classe littéraire Arts Plastiques. Photographe indépendante depuis 2016.

Après une maîtrise de photographie et art contemporain, elle se tourne vers une photographie plus documentaire (voir son site).

Ainsi, en février 2016, Marion Péhée débute un premier travail au long cours en Ukraine traitant des conséquences du conflit sur la population civile. Ce projet donnera naissance à un livre « Not Bad » édité aux éditions « Stupid competitions » ainsi qu’à deux expositions : « Adolescence dans le Donbass » et « Les abandonnées du Donbass » présentées en novembre 2017 et juin 2019 au Centre du photoreportage Géopolis à Bruxelles.

Durant deux ans, Marion Péhée effectue de nombreux allers-retours afin de mener à bien différents sujets dans l’espace post-soviétique (Ukraine, Moldavie, Géorgie, Russie).

Depuis, Marion Péhée s’attache à réaliser des sujets de société en France et à l’étranger notamment sur des problématiques liées aux droits humains.

Elle travaille en commande pour la presse française et internationale : ELLE, Libération, La Chronique d’Amnesty International, le Figaro, Gare de l’Est, images, 6 mois, Der Spiegel, mais aussi en commandes institutionnelles : PMU, Caisse d’épargne…

L'exposition est visible aux heures d'ouverture du lycée

Cox’s bazar : l’histoire sans fin de la persécution des Rohingyas.

Note d’intention :

En mars 2018, je me rends pour la première fois, au Bangladesh près de 8 mois après la terrible attaque birmane du 25 août 2017 contre les Rohingyas -minorité musulmane-, qui obligera 740 000 d’entre eux à se déplacer au Bangladesh.

Rohingyas Exposition Marion Péhée [©Marion Péhée]Je réalise avec une collègue journaliste un sujet en commande pour le magazine ELLE - « Femme Rohingyas d’un supplice à l’autre » - sur les femmes victimes de viol et porteuses de l’enfant de cette agression.

Lors de ce premier sujet, force a été de constater la dureté de la vie dans l’un des plus grands camps de réfugiés au monde et, en particulier Cox’s Bazar, ville corrompue, meurtrie, insécurisante ...

Un autre drame donc pour ces déplacés qui doivent encore faire face à toutes formes de violences, crimes, viols, enlèvements, prostitution.

Revenant à Cox’s Bazar, en octobre 2019, entre autre pour une commande de Libération, mon travail se porte alors d’autant plus sur cette question des conditions de vie. Comment arriver à survivre à cette tragédie humaine dans cette ville quotidiennement menaçante pour les Rohingyas ? Car les réponses d’aides – aussi importantes et solides soient elles - se montrent aujourd’hui défaillantes et non-durables au Bangladesh, à long terme.(...)

Mon travail photographique cherche à représenter cette survie douloureuse dans le camp et dans cette vie parallèle à Cox’s Bazar. Ces deux endroits portent les cicatrices de ce peuple rejeté et reproduisent un système persécutif : c’est une histoire sans fin que semblent vivre les Rohingyas pour tenter d’exister. ­

Marion Péhée

Jan
27
lun
Écofilm / Développement durable / Vernouillet / 27 janvier –> 1er février @ VERNOUILLET - Divers lieux
Jan 27 @ 9 h 00 min – Fév 1 @ 12 h 00 min

Écofilm 2020 Vernouillet [Affiche]

Soirée d’ouverture Mardi 28 janvier - 19h30 - L’Agora

Menaces en mers du Nord [Affiche] « Menaces en mers du Nord » de Jacques Lœuille,
Documentaire, 52 min, France, 2018
En mer du Nord et en Baltique, les Alliés ont volontairement coulé des navires transportant près de trois milliards de tonnes d’armes chimiques et conventionnelles, produites lors de la Première et de la Seconde Guerre mondiale. Les fuselages métalliques qui confinent ces substances chimiques se corrodent.
Les scientifiques prédisent une catastrophe sans précédent.

En présence du réalisateur Jacques Lœuille

Jacques Lœuille est un auteur et réalisateur français né en 1983.
Diplômé de l’École des beaux-arts  (félicitations du jury), de la Mel Hoppenheim School of Cinema, Concordia University, et du post-diplôme des beaux-arts de Lyon, il intègre le  Fresnoy — Studio national des arts contemporains dont il est diplômé avec les félicitations du jury en 2010.

 

Cinéma Vert : mercredi 29 janvier - 19H - La Passerelle

« La Belle Verte » de Coline Serreau, Comédie, 1h39, France, 1996.

Quelque part dans l’univers existe une planète dont les habitants évolués et heureux vivent en parfaite harmonie. De temps en temps quelques-uns d’entre eux partent en excursion sur d’autres planètes. Curieusement, La Belle verte [Affiche]depuis deux cents ans plus personne ne veut aller sur la planète Terre. Or un jour, pour des raisons personnelles, une jeune femme décide de se porter volontaire.
Et c’est ainsi que les Terriens la voient atterrir en plein Paris.

Soleil vert [Affiche]« Soleil Vert » de Richard Fleischer, fiction, 1h37, USA, 1974.

En 2022, les hommes ont épuisé les ressources naturelles. Seul le soleil vert, sorte de pastille, parvient à nourrir une population miséreuse qui ne sait pas comment créer de tels aliments. Omniprésente et terriblement répressive, la police assure l’ordre. Accompagné de son fidèle ami, un policier va découvrir, au péril de sa vie, l’effroyable réalité de cette société inhumaine.

 

Dans les écoles élémentaires  : 27, 28, 30 et 31 janvier

"Minuscule 2, les mandibules du bout du monde", film d'animation.

 

Dans les collèges  : du 27 au 31 janvier

"Intestins de la terre" d'Olivier Barbier.

"La Mesure du paysage" de Clément Couturier.

"La Cité des mérous sombres" de Rémi Demarthon.

"Le Discours de la maison" de Lucas Couturier.

 

À la Passerelle : 29 janvier et 1er février

Ateliers recyclage et Troc'Récup.

 

Fév
1
sam
Pour une société juste, de vrais services publics / Hôtel de Ville / Tours / 1er février / @ TOURS - Hôtel de Ville - Salle Anatole-France
Fév 1 @ 9 h 00 min – 18 h 00 min

 

Cliquez sur le document pour le télécharger en PDF

Journée Srvice publics Tours [Affiche]

Retraite en danger / Conférence-débat / Filoche — Bezou — Lauret / Proximum Ste-Ève / Dreux / 1er février / 18 h. @ DREUX - Maison Proximum Sainte-Ève
Fév 1 @ 18 h 00 min

Une conférence-débat organisée par les Gilets Jaunes de Dreux avec le soutien des groupes de Chartres et Nogent-le-Rotrou).


Fév
3
lun
Les Bêtes du Sud sauvage / CinéParadis / Chartres / 3 février / 20 h. @ CHARTRES - Les Enfants du Paradis
Fév 3 @ 20 h 00 min

Logo lumineux Les Enfants du paradis

Logo AERéSP 28 [serré]

 

27ème LUNDI DES SANS-PAPIERS

[caption id="attachment_7457" align="alignright" width="153"]Vincent Gay Vincent Gay[/caption]

"Les Bêtes du Sud sauvage"

Un film de Benth Zeitlin (2012)

Après la projection, débat avec Vincent Gay,

militant d'ATTAC

 

Synopsis

Hushpuppy, 6 ans, vit dans le bayou avec son père.
Brusquement, la nature s'emballe, la température monte, les glaciers fondent, libérant une armée d'aurochs.
Avec la montée des eaux, l'irruption des aurochs et la santé de son père qui décline, Hushpuppy décide de partir à la recherche de sa mère disparue.

 

La bande annonce

 

Quelques avis sur le film :

 

Positif, Jean-Christophe Ferrari

["Les bêtes du Sud sauvage"] appartient à la catégorie de ces films rares qui donnent le sentiment du monde, le sentiment qu'il y a quelque chose comme un monde, le sentiment que ça fait monde. (...) On y reconnait le lyrisme d'une mise en scène qui célèbre les splendeurs comme les violences de la nature.

La Croix, Arnaud Schwartz

"Les Bêtes du Sud sauvage" est une oeuvre hypnotique, une expérience sensorielle qui, mieux que de longs discours, parvient à transmettre quelque chose d'essentiel. Une leçon de vie à la portée universelle.

Ecran Large, Simon Riaux

Une œuvre profondément engagée, qui ne verse jamais dans le moralisme ou la propagande démonstrative.

Première, Gérard Delorme

Ce premier essai est un merveilleux ovni qui ravit les sens et défie la raison.

 

Récompenses

 

 

 

 

Caméra d'or au Festival de Cannes 2012

Festival international du film écologique de Bourges 2013

Festival du cinéma américain de Deauville 2012

Festival du film de Londres

Festival international du film de Stockholm

 

Mar
12
jeu
Le Temps des forêts / CinéCentre / Dreux / 12 mars 19 h. 30 @ DREUX - CinéCentre
Mar 12 @ 19 h 30 min

AVERN logo développé

Logo Ciné Centre Dreux

[caption id="attachment_7863" align="alignright" width="300"]François-Xavier Drouet François-Xavier Drouet[/caption]

"Le Temps des forêts"

Un documentaire de François-Xavier Drouet
Après le film, débat en présence du réalisateur

 

Résumé du film :

La forêt française change de temps et d’espace. Symbole d’une nature authentique et préservée, elle vit une phase d’industrialisation sans précédent. Mécanisation lourde, monocultures, engrais et pesticides, disparition des savoir-faire, la gestion forestière suit à vitesse accélérée le modèle agricole intensif. 

Du Limousin aux Landes, du Morvan aux Vosges, Le temps des forêts est un voyage au cœur de la sylviculture industrielle et de ses alternatives. Forêt vivante ou désert vert, les choix d’aujourd’hui dessineront le paysage de demain.

 

La bande annonce

 

Le réalisateur

François-Xavier Drouet, né en 1980, a suivi le master de réalisation documentaire de Lussas après des études en sciences sociales. Il vit et travaille sur le plateau de Millevaches, où a été tournée une partie de Le Temps des forêts. Il est également co-auteur avec Téboho Edkins de Gangster Project (2011), et Gangster Backstage (2013).

 

Les récompenses obtenues par le film

Prix SRG SSR - Semaine de la critique - Festival de Locarno

Prix du public au Verzio International Human Rights Documentary Film Festival

Grand Prix du Festival Della Lassinia

1er prix du jury au Mediterraneo Video Festival

Mention spéciale au 17. Internationales Festival Signes de Nuit à Berlin

Prix du meilleur documentaire au Tournai Ramdam Film Festival