Dreux : un 1er Mai social et internationaliste

La mani­fes­ta­tion du 1er mai à Dreux, contra­riée, comme par­tout en Eure-et-Loir, par la pluie a ras­sem­blé pas loin de 150 par­ti­ci­pants qui se sont retrou­vés sur le par­king du Ciné-Centre. Le cor­tège s’est diri­gé vers le centre-ville pour les prises de parole devant le Beffroi.

C’est Sylvie Gohier, la secré­taire de l’Union locale CGT qui s’est expri­mée en pre­mier. Elle a ciblé le plan d’austérité que met en place le gou­ver­ne­ment : “Le gou­ver­ne­ment annonce faire des mil­liards d’é­co­no­mies en fai­sant les poches des chô­meurs, de ceux qui sont malades, ou en s’at­ta­quant encore au code du tra­vail.” Elle a ajou­té : ‘’il faut indexer les salaires, les pen­sions et le point d’in­dice [de la Fonction publique NDLR] sur les prix. Il y a urgence d’augmenter
les salaires et les retraites.’’

Puis, en cette jour­née tra­di­tion­nel­le­ment dédiée aus­si à la soli­da­ri­té inter­na­tio­na­liste, c’est Christian Canac, pré­sident de l’association du Pays Drouais de l’AFPS1, récem­ment créée, qui  s’est expri­mé : ‘’En France, les étu­diants sont de plus en plus révol­tés par les ‘’actes géno­ci­daires’’ à Gaza. […] Nous ne devons pas bais­ser la garde pour défendre la digni­té des Palestiniens, en par­ti­cu­lier en France auprès des res­pon­sables poli­tiques pour qu’ils militent en faveur d’un ces­sez-le-feu à Gaza et n’hésitent plus à recon­naitre l’État de Palestine.’’

Des membres du Centre cultu­rel des Alevis d’Eure-et-Loir étaient éga­le­ment, comme chaque année, pré­sents pour défendre leurs core­li­gion­naires de Turquie constam­ment bri­més par le régime du pré­sident turc Erdogan.

La mani­fes­ta­tion a ensuite pour­sui­vi sa route par un par­cours dif­fé­rent pour atteindre la Bourse du Travail de la rue Nicolas-Robert à Vernouillet pour un bar­be­cue convivial.

___________

  1. Association France Palestine Solidarité.