Suite aux décla­ra­tions de Frédérique Vidal met­tant en cause les liber­tés aca­dé­miques de recherche à l’Université, des orga­ni­sa­tions de gauche, dont Ensemble!, ont lan­cé un appel pour l’or­ga­ni­sa­tion d’une mani­fes­ta­tion au printemps.

 

Cliquez ici pour télé­char­ger le PDF de l’appel

 

Vertigineux [Fred Sochard]

En défense des libertés !

 

La chasse aux sor­cières annon­cée par la ministre de l’Enseignement supé­rieur de la Recherche et de l’Innovation à l’encontre des ensei­gnant-e‑s, cher­cheuse-re‑s, étu­diant-e‑s qui « gan­grè­ne­raient » l’université par leur isla­mo-gau­chisme marque un cran de plus dans la dérive droi­tière, auto­ri­taire, et liber­ti­cide du gou­ver­ne­ment et sa com­plai­sance à l’égard des pro­pa­gandes racistes.

Les accu­sa­tions infon­dées de la Ministre ont déclen­ché des réac­tions d’ampleur dans le monde de l’université et de la recherche, en France et à l’étranger. Après tant d’autres, ce sont doré­na­vant les liber­tés aca­dé­miques qui sont mises en cause au nom d’une chi­mère inven­tée par l’ultra-droite.

Ensemble, nous disons que l’insupportable est atteint. Emmanuel Macron et son gou­ver­ne­ment se placent ain­si dans les pas de Donald Trump qui, en juillet der­nier, s’en pre­nait à l’enseignement « anti­pa­trio­tique de l’histoire amé­ri­caine » dans les universités.

Toujours plus libé­ral et auto­ri­taire, le régime accu­mule les mesures liber­ti­cides, que ce soit par la répres­sion et la cri­mi­na­li­sa­tion des mobi­li­sa­tions sociales, la situa­tion d’État d’urgence per­ma­nent, ou encore la loi sécu­ri­té globale.

Ces mesures empruntent en par­tie au Rassemblement natio­nal et ses thèmes iden­ti­taires, notam­ment à tra­vers la loi « sépa­ra­tisme » et la stig­ma­ti­sa­tion des musul­mans, qui dis­til­lent le venin du racisme. Au lieu de le com­battre, elles ne font que favo­ri­ser sa pro­gres­sion, ren­for­cer les divi­sions dans la socié­té, et donc le risque majeur de son arri­vée au pouvoir.

Chacun sépa­ré­ment nous nous oppo­sons à cette poli­tique. Il est temps de nous ras­sem­bler, au delà des cli­vages par­ti­sans, pour dire notre refus de cette poli­tique qui nous prive chaque jour davan­tage de nos libertés.

Nous vou­lons aus­si le faire ensemble, afin d’œuvrer à la mobi­li­sa­tion citoyenne la plus large pos­sible pour la levée de toutes les mesures liber­ti­cides et discriminatoires.

Ensemble, nous sou­tien­drons et nous pro­po­se­rons des ini­tia­tives en faveur des liber­tés publiques et contre les dis­cri­mi­na­tions dans les mois à venir.

Ensemble, nous affir­mons notre sou­tien aux col­lec­tifs et asso­cia­tions qui militent avec constance dans ce domaine. Ce glis­se­ment de l’exécutif inter­roge bien au delà de nos orga­ni­sa­tions et sus­cite lar­ge­ment une réac­tion de tous ceux qui sont atta­chés aux liber­tés indi­vi­duelles et publiques.

Ensemble, nous com­men­çons donc par affir­mer notre sou­tien aux mobi­li­sa­tions annon­cées par la coor­di­na­tion contre la loi sécu­ri­té globale :

-  Le mar­di 16 mars au moment du pas­sage de cette loi devant le Sénat ;

-  Le same­di 20 mars en rejoi­gnant la marche contre les vio­lences poli­cières appe­lée par les col­lec­tifs de familles des victimes.

Ensemble, nous affir­mons la néces­si­té d’une grande ini­tia­tive de rue pour les Libertés, reven­di­ca­tive et fes­tive au prin­temps. Elle devrait être la plus large pos­sible, réunis­sant citoyen-ne‑s, asso­cia­tions, syn­di­cats, col­lec­tifs en lutte, par­tis, artistes, teuf­feurs. À cette fin, nous pré­fé­re­rions que la res­pon­sa­bi­li­té de cet appel soit prise par l’actuelle coor­di­na­tion réunis­sant les asso­cia­tions, syn­di­cats et col­lec­tifs œuvrant à la défense des droits de l’homme ni et des liber­tés publiques. Nous pre­nons dans les jours à venir des contacts avec ces orga­ni­sa­tions afin d’atteindre cet objectif.

 

Le 14 mars 2021

Signataires :

LFI, GDS, Génération.S, Ensemble!, PEPS, NPA, PCOF, PG, POI, UCL.