Dreux : La solidarité avec la Palestine s’inscrit dans la durée

C’était la 6ème mani­fes­ta­tion à Dreux, depuis novembre 2023, pour exi­ger un ces­sez-le-feu immé­diat et durable à Gaza et dans toute la Palestine à l’appel de la CGT, de la FSU, de la France insou­mise, du PCF et du MJCF et d’Ensemble! et des Écologistes. Hélas, comme l’ont rap­pe­lé tous les porte-paroles, la situa­tion empire sur le plan huma­ni­taire avec un début de famine, des hôpi­taux qui, quand ils fonc­tionnent encore, ne peuvent plus soi­gner faute de médi­ca­ments, d’antidouleurs et d’anesthésiants. Et Israël conti­nue sa des­truc­tion métho­dique en atta­quant l’hôpital Al-Shifa et en annon­çant l’invasion de Rafah où 1,5 mil­lions de per­sonnes sont réfugiées.

Toutes les orga­ni­sa­tions ont aus­si appe­lé à un ces­sez-le-feu pérenne alors que la Chine et la Russie venaient de mettre leur véto, à l’ONU, à une réso­lu­tion en ce sens1.

Création de l’AFPS à Dreux

L’élément nou­veau de ce same­di était la pré­sence de Miguel Vasone venu aider à la créa­tion d’un groupe drouais de l’Association France-Palestine Solidarité (AFPS) dont l’idée avait été lan­cée lors de la pre­mière mani­fes­ta­tion par Christian Canac. Il a briè­ve­ment pré­sen­té la rai­son d’être de cette struc­ture natio­nale créée il y a 22 ans : ‘’asso­cia­tion démo­cra­tique et laïque au sein de laquelle cha­cun vient avec ses sen­si­bi­li­tés que nous res­pec­tons mais avec un seul objec­tif : voir les colons israé­liens se reti­rer, les Palestiniens retrou­ver un droit à l’autodétermination et la fin de l’apartheid.’’ Le mili­tant sou­ligne une infor­ma­tion peu relayée : ‘’En Cisjordanie, aujourd’hui, sous les balles de colons sont tom­bés, depuis le 7 octobre, près de 400 Palestiniens.’’

Au départ d’un cor­tège de plus de cent participant·e·s, le dra­peau de l’AFPS flotte pour la pre­mière fois aux côtés des éten­dards des orga­ni­sa­tions poli­tiques ou syn­di­cales et de petits dra­peaux pales­ti­niens agi­tés par les familles présentes.

Solidarité et exigences

Tout au long du par­cours habi­tuel jusqu’à la Sous-Préfecture, les slo­gans lan­cés ou repris par les sonos fusent. Des plus empathiques :

  • Gaza, Gaza, Dreux est avec toi !
  • Nous sommes tous des Palestiniens !
  • Enfants de Gaza (variante Femmes de Gaza), Enfants (ou Femmes) de Palestine, c’est l’humanité qu’on assassine !

aux plus exigeants :

  • Halte au mas­sacre du peuple palestinien !
  • Cessez-le-feu immé­diat ! – Cessez-le-feu à Gaza !
  • Laissez pas­ser les vivres !

et au plus accusateur :

  • Israël assas­sin – Macron complice !

Ce der­nier slo­gan était accom­pa­gné d’un aver­tis­se­ment sur un air bien connu des Gilets Jaunes : ‘’On est là ! On est là ! Même si Macron ne veut pas, nous, on est là ! Pour l’honneur d’la Palestine et pour ceux qu’on assas­sine… Même si Macron ne veut pas, nous on est là, on est là !’’

Pour ins­crire cette déter­mi­na­tion dans la durée, des ren­dez-vous ont été immé­dia­te­ment fixés, à Dreux pour le 6 avril et à Chartres pour le 13 avril.

___________

1 Ce lun­di, 25 mars, le Conseil de sécu­ri­té a enfin adop­té une réso­lu­tion appe­lant à un ces­sez-le-feu immé­diat devant ‘’mener à un ces­sez-le-feu durable’’ et exi­geant ‘’la libé­ra­tion immé­diate et incon­di­tion­nelle de tous les otages.’’ Souhaitons que cette réso­lu­tion obtienne un meilleur sort que l’arrêté de la Cour inter­na­tio­nale de Justice appe­lant Israël à empê­cher le génocide.