Le pre­mier train direct, au sens où il n’y a pas de chan­ge­ment de ligne et donc de wagon en gare de Voves, est donc par­ti de Chartres à des­ti­na­tion de Tours le 13 décembre (voir notre compte-ren­du ici). Il a été salué comme une petite vic­toire par les che­mi­nots et usa­gers qui ont par­ti­ci­pé, à cette occa­sion, à un ras­sem­ble­ment vers 17 h sur le quai 2B de la gare.

 

”Les déci­deurs n’ont pas de quoi se pavaner”

 

Mais, comme l’a rap­pe­lé, dans une courte décla­ra­tion, Bertrand Clavelier, secré­taire de la sec­tion che­mi­note de Chartres de la CGT : « Quand on regarde le conte­nu du pro­jet et de sa réa­li­sa­tion, les déci­deurs n’ont pas de quoi se pavaner ».

 

Le tron­çon Voves-Orléans au point mort

 

Et de rap­pe­ler que son syn­di­cat « porte depuis des décen­nies la réa­li­sa­tion d’un axe fer­ro­viaire impor­tant entre Rouen (pour accé­der au port du Havre), Dreux, Chartres et Orléans via Voves ». Cette exi­gence est reprise par la FEEL depuis une ving­taine d’années comme nous le rap­pe­lions dans notre pré­cé­dent article. Le syn­di­ca­liste remarque sans sur­prise que « le point de vue des capi­ta­listes c’est-à-dire celui du tout rou­tier géré par des conces­sions pri­vées s’oppose à ce que l’on désigne col­lec­ti­ve­ment comme l’intérêt géné­ral ». Le for­cing des dits ‘’Grands Élus’’ du dépar­te­ment et de la région1 pour que le gou­ver­ne­ment concré­tise au plus vite la pri­va­ti­sa­tion de la RN 154, en la trans­for­mant en auto­route payante, lui donne lar­ge­ment raison.

Nous publions ici l’intégralité de la prise de parole de la CGT qui rap­pelle, entre autres, l’absence d’arrêts utiles entre Chartres et Voves (ex. : Lycée agri­cole), le poste d’aiguillage infor­ma­ti­sé… non équi­pé, et le tron­çon voya­geurs Voves-Orléans au point mort.

________

  1. Dont cer­tains (François Bonneau, pré­sident PS de la région, son vice-pré­sident aux trans­ports Philippe Fournié, Daniel Guéret, séna­teur divers droite, Jean-Pierre Gorges, maire DVD de Chartres) étaient pré­sents ce même matin du 13 décembre pour un voyage inau­gu­ral offi­ciel entre Bonneval et Chartres.

 

Cliquez sur le docu­ment pour le télé­char­ger en PDF