Dans les rues de Chartres pour les salaires, les pensions et les minima sociaux

Bien sûr après les foules des mani­fes­ta­tions pour les retraites du prin­temps der­nier, la par­ti­ci­pa­tion (300) à celle du 13 octobre à Chartres, fai­sait maigre figure. Mais c’était une reprise qui ne demande qu’à s’amplifier.

300 manifestant·e·s

Sur les reven­di­ca­tions concer­nant les aug­men­ta­tions de salaires, de pen­sions et de mini­ma sociaux dans un contexte de forte infla­tion, la CGT avait réuni une cen­taine de participant·e·s, la FSU une soixan­taine, la CFDT une cin­quan­taine, FO une qua­ran­taine et l’UNSA et Solidaires cha­cune une vingtaine.

Les sonos ont assu­ré l’animation avec, notam­ment, les tra­di­tion­nels  On lâche rien ou Danser encore de HK ou, détour­née, la chan­son de Casimir L’Île aux Enfants ! Entendu aus­si Pas content ! Pas content ! et Mon pays va mal. Heureusement que les sonos s’activaient car les cris et les voix étaient rares et il n’y avait ni pan­cartes, ni ban­de­role de tête. Des dra­peaux syn­di­caux cepen­dant, et, en fin de cor­tège, des mili­tants  Solidaires bran­dis­saient leur ban­de­role Players cari­ca­tu­rant les têtes du pouvoir.

Ouvrez des négo­cia­tions salariales !

Parti de la place des Halles, le cor­tège a ral­lié la Préfecture par les places du Cygne et Châtelet. Devant l’édifice du repré­sen­tant du gou­ver­ne­ment, Sylvie Gohier (CGT) a lu, au nom de l’Intersyndicale la lettre adres­sée au Préfet en amont du 13 octobre : ‘’La vie chère et l’inflation des prix sur les pro­duits essen­tiels mettent une pres­sion insup­por­table sur nos bud­gets fami­liaux […] [Il faut] agir pour pro­té­ger notre pou­voir d’achat et notre qua­li­té de vie […] Alors que les pro­fits explosent dans la plu­part des grandes entre­prises [nous exi­geons] l’ouverture de négo­cia­tions sala­riales dans les branches des entre­prises pri­vées et de la Fonction publique. Monsieur le Préfet, au vu de la situa­tion dans notre dépar­te­ment, vous avez le devoir d’appeler les employeurs à ouvrir les négo­cia­tions à tous les niveaux’’.

Vers de nou­velles actions

L’oratrice a pré­ci­sé que l’Intersyndicale a été reçue le 6 octobre par le Préfet pour déve­lop­per les thèmes de ce cour­rier, et que les pro­chaines étapes de l’action seront annon­cées à l’issue de la confé­rence sociale du 16 octobre.

En fin de mee­ting, deux annonces ont été faites. L’une par Pierre Ferrand (CGT) annon­çant un ras­sem­ble­ment inter­syn­di­cal des retraité·e·s le 24 octobre à 14 h. 30 devant la Préfecture pour l’augmentation des pen­sions. L’autre par Pierre Licout (FSU) invi­tant à se joindre à l’hommage aux vic­times (dont un pro­fes­seur décé­dé) de l’agression devant un lycée d’Arras qui aura lieu ce dimanche 15 octobre à 11 h., place Châtelet à Chartres.