Quand :
28 novembre 2018 @ 18 h 30 min Europe/Paris Fuseau horaire
2018-11-28T18:30:00+01:00
2018-11-28T18:45:00+01:00
Où :
NOGENT-LE-ROTROU
Salle Simone-Signoret
Coût :
Entrée libre
Contact :
Cercle Condorcet-Viollette

Logo Cercle Viollette-CondorcetLogo Mai pourquoi

Soirée-Débat  “Les Lanceurs d’alerte”

 

La traque des lanceurs d'alerte CouvertureLes lan­ceurs d’alerte per­mettent la pré­ven­tion ou la révé­la­tion des failles et dys­fonc­tion­ne­ments de nos États, de nos sys­tèmes poli­tiques, éco­no­miques et finan­ciers. Leur action per­met des avan­cées consi­dé­rables dans la lutte contre la cor­rup­tion au plan natio­nal ou euro­péen. Dans nos socié­tés, la com­plexi­té du droit et du fonc­tion­ne­ment des orga­ni­sa­tions rend dif­fi­cile la connais­sance des abus, des détour­ne­ments et des pra­tiques cor­rup­trices de la liber­té et de la démo­cra­tie. Renforcer la pro­tec­tion de ceux qui révèlent ces pra­tiques est deve­nue indispensable.

Stéphanie Gibaud est une spé­cia­liste des rela­tions publiques. Elle est deve­nue sans vrai­ment le choi­sir une réfé­rence dans la défense des lan­ceurs d’alerte. Si elle avait détruit les docu­ments dont son ex-employeur, la banque UBS, lui deman­dait sou­dain de se débar­ras­ser en juin 2008, elle aurait été pro­ba­ble­ment mise en exa­men. Elle tra­vaillait dans le sec­teur Communication et Evénementiel / Relations Publiques de cet  éta­blis­se­ment et igno­rait la por­tée des docu­ments qu’on lui deman­dait de faire dis­pa­raître. Des per­qui­si­tions avaient lieu, une enquête était en cours, et elle a refu­sé de se rendre com­plice de pra­tiques illicites.

Auteur de « La Femme qui en savait vrai­ment trop », son deuxième ouvrage « La traque des lan­ceurs d’alerte » a été publié en 2017. Julian Assange a écrit l’introduction de ce livre où le cas d’une cin­quan­taine de lan­ceurs d’alerte sont rela­tés, en France et à l’étranger.

 

 

 

 

 

 

Débat ani­mé par Stéphanie Gibaud, lan­ceuse d’alerte