Quand :
22 janvier 2019 @ 19 h 30 min Europe/Paris Fuseau horaire
2019-01-22T19:30:00+01:00
2019-01-22T19:45:00+01:00
Où :
VERNOUILLET
L'Agora - Esplanade du 8 mai 1945
Coût :
Gratuit
Contact :
Service culturel de Vernouillet
02 37 62 80 79

Logo Écofilm

DANS LE CADRE DU FESTIVAL

ÉCOFILM”

Terres nucléaires, une his­toire du plutonium”

Un docu­men­taire de Kenichi Watanabe
Débat après le film en sa présence

Résumé du film :

Trois pays dans le monde domi­nés par des sites nucléaires : USA, France, Japon. Le film part de Hanford aux États Unis, lieu de nais­sance du plu­to­nium dans les années 40 pour aller vers La Hague, site de retrai­te­ment de la matière puis à Rokkasho au Japon. Les paroles des citoyens témoignent de leur vie à proxi­mi­té de ces lieux. Le film retrace l’histoire d’un uni­vers indus­triel, né dans le secret d’espaces arides et déso­lés. Les pay­sages, trai­tés de façon allé­go­rique, expriment un choix irré­ver­sible fait par l’homme au milieu du XXe siècle.

 

 

 

Watanabe-Kenichi-Japon

Watanabe Kenichi

L’avis de Télérama

Kenichi Watanabe n’en a pas fini avec le nucléaire, cette éner­gie dont il a maintes fois dénon­cé l’ex­trême dan­ge­ro­si­té dans La Face cachée de Hiroshima, en 2011, Le Monde après Fukushima, en 2012 et Nucléaire, excep­tion fran­çaise, en 2013. Dans ce nou­vel opus, le réa­li­sa­teur japo­nais se foca­lise sur le plu­to­nium, cette matière extrê­me­ment toxique que l’on pro­duit dans le coeur des réac­teurs et dont on ne sait plus que faire. Il en retrace l’his­toire et donne à com­prendre pour­quoi, mal­gré le cor­tège d’ar­gu­ments qui plaident en faveur de leur arrêt immé­diat — à com­men­cer par le drame de Fukushima —, des cen­taines de cen­trales nucléaires ron­ronnent encore et tou­jours autour de la planète.

S’appuyant sur des exemples concrets, du site amé­ri­cain de Hanford, pol­lué par la radio­ac­ti­vi­té, à l’u­sine fran­çaise de recy­clage de La Hague, Kenichi Watanabe décrit « un sys­tème deve­nu fou, pris dans la spi­rale des divi­dendes éco­no­miques et des inté­rêts mili­taires ». Le sys­tème se nour­rit de l’argent de la conta­mi­na­tion comme de la décon­ta­mi­na­tion, explique-t-il. « Absurdité excep­tion­nelle de l’his­toire », le nucléaire est aus­si un piège dont il est dif­fi­cile de s’ex­tir­per. D’autant que, comme le dit un inter­ve­nant, « une cen­trale nucléaire, on en pro­fite pen­dant cin­quante ans. Puis c’est un pro­blème qu’il faut gérer pen­dant des mil­liers d’an­nées. » — Marc Belpois