Quand :
4 juin 2018 @ 20 h 00 min Europe/Paris Fuseau horaire
2018-06-04T20:00:00+02:00
2018-06-04T20:15:00+02:00
Où :
CHARTRES
Les Enfants du Paradis
Coût :
Prix habituel (réductions éventuelles)
Contact :
Collectif 28 pour la Régularisation des Sans-Papiers

Logo lumineux Les Enfants du paradis

21ème LUNDI DES SANS-PAPIERSLogoCRSP28Sigle


La Lune de Jupiter”

Antoine Hennion

Antoine Hennion

Un film de Kornél Mundruczó (2017)

Suivi d’un débat avec Antoine Hennion, socio­logue, membre du bureau du P.E.R.O.U (Pole des Explorations et Ressources Urbaines)

 

Résumé du film :

Un jeune migrant se fait tirer des­sus alors qu’il tra­verse illé­ga­le­ment la fron­tière. Sous le coup de sa bles­sure, Aryan découvre qu’il a main­te­nant le pou­voir de lévi­ter. Jeté dans un camp de réfu­giés, il s’en échappe avec l’aide du Dr Stern qui nour­rit le pro­jet d’ex­ploi­ter son extra­or­di­naire secret. Les deux hommes prennent la fuite en quête d’argent et de sécu­ri­té, pour­sui­vis par le direc­teur du camp. Fasciné par l’in­croyable don d’Aryan, Stern décide de tout miser sur un monde où les miracles s’achètent.

 

La bande annonce

Quelques avis sur le film

Bande à part, Olivier Bombarda 

La Lune de Jupiter” est une œuvre dense et per­çante sur les réa­li­tés sombres de l’Europe contem­po­raine et confirme l’indéniable talent de mise en scène de Kornél Mundruczó.

La Voix du Nord, Philippe Lagouche 

En vrac et dans le désordre : poli­ciers hon­grois, aus­si prompts au “défour­raillage” que leurs homo­logues texans, cor­rup­tion, cupi­di­té, quête de foi, ter­ro­risme. Tout ça trai­té en plans séquences, façon polar méta­phy­sique mâti­né de série B virtuose (…).

L’Express, Eric Libiot 

D’un côté, une course-pour­suite impres­sion­nante (…) qui réserve quelques grands moments de ciné­ma n’ayant rien à envier aux block­bus­ters amé­ri­cains. De l’autre, une brillante réflexion qui évite les dis­cours lour­dauds sur la néces­saire ouver­ture d’es­prit (et des frontières).

Télérama, Samuel Douhaire

Il faut saluer le cou­rage poli­tique de Kornél Mundruczó, artiste en résis­tance dans un pays diri­gé par le gou­ver­ne­ment le plus xéno­phobe, le plus réac­tion­naire d’Europe.