Quand :
23 janvier 2020 @ 19 h 30 min Europe/Paris Fuseau horaire
2020-01-23T19:30:00+01:00
2020-01-23T19:45:00+01:00
Où :
DREUX - CinéCentre
5 place du Champ-de-Foire
Coût :
6,70 €
Contact :
AVERN
02.37.46.71.97

AVERN logo développé

Logo Ciné Centre Dreux

Valérie Valette

Valérie Valette

Fleurs du futur : Dobra Voda”

Un docu­men­taire de Valérie Valette
Après le film, débat en pré­sence de la réalisatrice

Résumé du film :

« Fleurs du Futur : Dobra Voda » (1) explore une vision com­plé­men­taire sur le chan­ge­ment cli­ma­tique. L’effet de serre n’est pas le seul res­pon­sable : la modi­fi­ca­tion de la sur­face de la planète
par les acti­vi­tés humaines a atteint un point cri­tique. La des­truc­tion des éco­sys­tèmes et les mau­vaises pra­tiques agri­coles ont pro­vo­qué la rup­ture du petit cycle de l’eau. Le petit cycle de l’eau est fon­da­men­tal pour l’équilibre hydrique et ther­mique de notre pla­nète. Il fonc­tionne grâce à l’évaporation des sols et de la végé­ta­tion. Sa rup­ture entraine des consé­quences désas­treuses, aggra­vées par l’effet de serre issu des éner­gies fos­siles… Mais le petit cycle de l’eau est rapide et facile à res­tau­rer, dans une échelle de temps et de moyens à taille humaine…

De la Slovaquie au Pays Basque espa­gnol, de la Corée au Burkina Faso, en France et ailleurs… Voici des solu­tions simples et effi­caces dédiées au petit cycle de l’eau… et à la recon­quête de la sta­bi­li­té climatique…

  1. Dobra Voda : Bonne Eau, en slovaque.

 

 

 

La bande annonce

La réa­li­sa­trice

Née en Haute-Loire, Valérie Valette s’est enga­gée avec plu­sieurs mou­ve­ments de la socié­té civile dans la thé­ma­tique de l’eau. En France, elle est l’une des fon­da­trices de l’opposition à la construc­tion de 7 bar­rages sur la Loire, dans les années 1980. En Espagne, elle a par­ti­ci­pé acti­ve­ment à la lutte citoyenne des Aragonais et des Catalans contre le Plan Hydrologique Espagnol, au début des années 2000. Ces deux mou­ve­ments, vic­to­rieux, ont été récom­pen­sés par un prix Goldman,
l’équivalent d’un prix Nobel pour l’écologie (1992 et 2003).

Elle a tra­vaillé en coopé­ra­tion avec ERN (European Rivers Network), la Fundacion Nueva Cultura del Agua, la Fondation France-Libertés, la Coalition Eau-Bien Commun et a fait par­tie du comi­té national
d’organisation du Forum Alternatif Mondial de l’Eau (FAME – Marseille 2012). Elle s’est lan­cée dans la réa­li­sa­tion d’une série de docu­men­taires, « Fleurs du Futur », qui pro­posent des solu­tions alter­na­tives effi­caces et opti­mistes, de l’échelle locale à l’échelle globale.

La pre­mière « Fleur du Futur : Agua Boa » (Agua Boa : la bonne eau, en por­tu­gais) traite de la démo­cra­tie par­ti­ci­pa­tive et de la ges­tion de l’eau. Elle pré­sente un pro­gramme socio-envi­ron­ne­men­tal de grande enver­gure, au Brésil. Ce film a été par­rai­né par Danielle Mitterrand et Leonardo Boff.

« Fleurs du Futur : Dobra Voda » est le second docu­men­taire de la série. Présenté dans plu­sieurs fes­ti­vals inter­na­tio­naux (Fife à Paris, Fidadoc à Agadir, Ecozine à Zaragoza…), il a reçu en juin 2018 un tro­phée d’argent au Festival des Green Awards de Deauville. En mars 2019, il a été nomi­né pour le prix Tournesol du Festival du Film Vert (Lausanne/Zurich) et pro­je­té dans 11 villes suisses.