”Défendre le ser­vice public d’é­du­ca­tion n’est pas une faute !”

 

Une bonne soixan­taine de per­sonnes se sont réunies le 28 avril devant la DSDEN1 à Chartres pour sou­te­nir Gwenn Quemener, direc­trice de l’école élé­men­taire Jean-Macé à Châteaudun mena­cée de sanc­tion par sa hié­rar­chie pour avoir défen­du son école. Sur ce ras­sem­ble­ment les dra­peaux Solidaires étaient majo­ri­taires, en effet, la mili­tante syn­di­cale fait par­tie de sa branche ensei­gnante SUD-Éducation. C’est d’ailleurs une repré­sen­tante de ce syn­di­cat qui a ouvert les prises de parole. Elle rap­pelle l’historique des faits : vétus­té des locaux, tra­vaux à faire en urgence pour garan­tir la sécu­ri­té, alertes lan­cées depuis 10 ans par la direc­trice, enga­ment du maire, Fabien Verdier, durant la cam­pagne élec­to­rale 2020 de recons­truire l’école, puis volte-face du même, une fois élu, sou­hai­tant sa fer­me­ture. « Le 16 jan­vier, un pre­mier ras­sem­ble­ment auquel SUD-Éducation 28 appe­lait conjoin­te­ment avec les parents et le col­lec­tif REP1 mobi­li­sé réunit 250 per­sonnes devant la mai­rie. Malgré la forte mobi­li­sa­tion, les parents d’élèves, consti­tués en asso­cia­tion (APEJM), ne par­viennent pas à obte­nir de ren­dez-vous avec l’édile de la ville […] Le 16 mars, le col­lec­tif de lutte consti­tué des parents, des ensei­gnants-es dont notre cama­rade se rend à la mai­rie pour exi­ger une ouver­ture de dia­logue. Le 19, notre cama­rade est convo­quée à un entre­tien avec sa hié­rar­chie lui pré­ci­sant que ‘’la prise de l’hôtel de ville’’ est inac­cep­table. […] Défendre le ser­vice public d’éducation, défendre l’éducation en REP, user de ses droits fon­da­men­taux que sont la liber­té d’expression et de mani­fes­ta­tion n’est pas une faute ! »

 

”Nous ne pou­vons accep­ter que notre col­lègue soit sanctionnée”

 

Clémentine Ingold de la FSU rap­pelle les nom­breuses inter­ven­tions de son syn­di­cat dans les ins­tances pari­taires pour aler­ter sur l’état de dégra­da­tion de l’école Jean-Macé suite à des rap­ports de 2015 et 2019. « Un enga­ge­ment de la mai­rie pour effec­tuer des tra­vaux finit par arri­ver avec une pre­mière date pré­vue à la fin avril, puis une autre durant les congés d’été 2021. Premier constat sur l’état des locaux en 2015, pre­mier enga­ge­ment pour effec­tuer des tra­vaux […] en 2021. Nous ne pou­vons que déplo­rer ce temps trop long, beau­coup trop long […] Inacceptable ! […] Nous ne pou­vons accep­ter qu’une de nos col­lègues soit sanc­tion­née pour les actions qu’elle a été ame­née à enga­ger pour faire avan­cer ce dos­sier tota­le­ment négli­gé par cette même administration. »

 

Le sou­tien de l’Atelier à spec­tacle occupé

 

Des inter­mit­tent-es de l’Atelier à spec­tacle occu­pé sont pré­sent-es en sou­tien. Florence dit quelques mots en leur nom : « On est sou­vent en par­te­na­riat avec vous. On vient dans les écoles, on fait des spec­tacles, des ate­liers avec les enfants. Pour nous une école de quar­tier qui est en dan­ger, des ensei­gnants et des parents qui sont en lutte, ça a du sens et on est heu­reux d’être auprès de vous, aujourd’hui. »

Quand Gwenn et ses sou­tiens de SUD res­sortent de la consul­ta­tion de son dos­sier admi­nis­tra­tif dans les locaux de la DSDEN, un nou­veau ras­sem­ble­ment est annon­cé, au même endroit, le 5 mai à 10 h., date de l’entretien de noti­fi­ca­tion de sanction.

_________

  1. Direction dépar­te­men­tale des Services de l’Éducation natio­nale (ex Inspection académique).
  2. Réseau d’éducation prioritaire.

Rappel : Une péti­tion est en cours de signature.

Nos pré­cé­dents comptes ren­dus des actions pour l’école Jean-Macé à Châteaudun ici et