Calendrier

Déc
1
ven
Eldorado / FAC / Chartres / 1er décembre / 20 h. 30 @ CHARTRES - Foyer d'Accueil Chartrain
Déc 1 @ 20 h 30 min

 

Eldorado [Affiche]

"Eldorado"Logo Arbre Compagnie

Mise en scène et dramaturgie Vanessa Sanchez

Spectacle familial - marionnettes, sans paroles
Tout public, conseillé à partir de 8 ans

8 € - Réservations : saperlipopette@laligue.org ou 02 37 84 02 84

 

Présentation

Eldorado est un récit initiatique qui questionne la société d'hyperconsommation, les déséquilibres mondiaux, la place de l'humain, nos rêves et nos quêtes d'un avenir meilleur. On suit le périple de Marou, 11 ans. C'est une rêveuse qui quittera son pays monochrome et aride pour suivre une feuille de magazine, colorée et clinquante, qui vole au vent. Elle représente une ville éclairée par les néons, les écrans publicitaires et les phares de voitures. Par ce voyage, Marou va aller de désenchantements en désillusions jusqu'à tenter de se construire son propre Eldorado.

 

La bande annonce

Les créatrices et créateurs

 

 

 

Interprétation

Vanessa Sanchez et Emmanuel Leckner

Aide à la manipulation et création lumière

Hugo Dupont

Collaboration artistique

Jessica Fouché, Déborah Coustols et Sarah Clauzet

Création son

Hugues Laniesse

 

 

 

 

 

Création textile

Odile Lafforgue

Création marionnettes

Vanessa Sanchez et Emmanuel Leckner

Aquarelles et création graphique

Nïx

Création graphique et arts plastiques

Viridiana Ferrière

Production Arbre Compagnie

Jan
9
mar
À la ligne (feuillets d’usine) / Théâtre de Chartres / 9 janvier / 20 h. 30 @ CHARTRES - Théâtre
Jan 9 @ 20 h 30 min

Théâtre de Chartres [logo] Caliband Théâtre [logo]

 

 

À la ligne [Affiche qq places]

"À la ligne (feuillets d'usine)"

d'après le livre éponyme de Joseph Ponthus

Interprétation et mise en scène Mathieu Létuvé

 

Le spectacle

Dans À la ligne, Mathieu Létuvé est accompagné d'un musicien électro, pour porter sur le plateau l'épopée de Joseph Ponthus, intérimaire travaillant à la chaîne. Dans un corps à corps puissant avec les mots (et les maux) de l'auteur, la compagnie nous dépeint le ballet quotidien et absurde de tous ces travailleurs. Elle fait résonner sur scène et chez les spectateurs, cette ode aux soldats de la première ligne des chaînes industrielles. Grâce à ce récit, Ponthus transcende cette expérience en un voyage mystique et philosophique au coeur des enjeux de notre société de production de masse.

 

La bande annonce

 

Le regard du metteur en scène

« Dire, coûte que coûte, tenir sa ligne coûte que coûte, sur le fil dérisoire d'une humanité qui danse comme un Charlot fou aspiré par les engrenages de la mécanique industrielle, mais tenir, tenir... pour la solde du soldat qui va au front pendant que d'autres engraissent et contrôlent. [...] Ponthus aborde cette expérience comme s'il allait au front, prolongeant un parallèle avec la grande guerre qu'il évoque à travers les mots d'Apollinaire. Il est là pour vivre, pour survivre, pour gagner de l'argent. Il n'est pas là pour juger. » Mathieu Létuvé

Un avis

« Mathieu Létuvé s'empare des notes de Joseph Ponthus […] avec une force à la fois intime et politique. » Théâtre(s)

Qui était Joseph Ponthus ?

Après des études littéraires et pour gagner sa vie dans la région bretonne où il a rejoint sa compagne, l'auteur est amené à travailler comme intérimaire dans l' industrie agro-alimentaire. Chaque soir, il note son quotidien à l'usine, les conditions de travail, l'épuisement, les rencontres, la dureté de cet univers ; et chaque semaine il poste ses textes en vers libres sur son compte Facebook, pour donner ainsi de ses nouvelles à sa famille.

Il n'écrit pas dans une démarche d'engagement militant comme les « établis » des années 1960-1970, tels Robert Linhart, mais pour tenir le coup - ce qui n'en fait pas moins de son livre un témoignage. Son écriture frappe par le contraste entre des passages très crus et d'autres très poétiques, ainsi que par les nombreuses références littéraires (notamment à Guillaume Apollinaire ) et culturelles.

Les photos sont de ©-Arnaud-Bertereau

 

Jan
15
lun
Avant que les flammes ne s’éteignent / CinéParadis / Chartres / 15 janvier / 20 h. @ CHARTRES - Les Enfants du Paradis
Jan 15 @ 20 h 00 min

Logo lumineux Les Enfants du paradis

 

Logo-Amnesty-Chartres [jaune]

Avant que les flammes ne s'éteignent [Affiche]

38ème Lundi des sans-Papiers

 

[caption id="attachment_24186" align="alignright" width="150"] Nathalie Tehio[/caption]

"Avant que les flammes ne s'éteignent"

Un film de Mehdi Fikri (2023)

Suivi d'un débat animé par Nathalie Tehio, avocate, membre du bureau national de la Ligue des Droits de l'Homme et coordinatrice des observatoires des pratiques policières.

 

Synopsis

Suite à la mort de son petit frère lors d'une interpellation de police, Malika, entourée de toute sa famille, se lance dans un combat judiciaire et décide de tout mettre en œuvre afin que la vérité soit rendue. Mais sa quête de vérité met en péril l'équilibre de sa famille.

 

La bande annonce

Quelques avis sur le film

 

Dernières Nouvelles d'Alsace par Nathalie Chifflet

Ce drame délicat à la mise en scène maîtrisée évite tout manichéisme, tout schématisme, tout esprit revanchard. Il n'accuse ni ne victimise personne. Il se tient droit sur sa ligne : la dignité et le juste.

Franceinfo Culture par Falila Gbadamassi

Le film prend aux tripes parce qu'il met en images le drame de toutes ces vies perdues à cause du délit de faciès.

Le Dauphiné Libéré par Nathalie Chifflet

Autour de Camélia Jordana, Mehdi Fikri a recomposé pour le cinéma une famille attachante, débordant d'amour : Sofiane Zermani et la débutante Sonia Faidi sont formidables et à chaque instant bouleversants.

Positif par Jacqueline Nacache

II est rare que, dans un film social en phase avec une actualité brûlante, se développe une figure universelle de femme héroïque, de plus en plus seule, de plus en plus dure.

Avant que les flammes ne s'éteignent Affiche AERéSP

Jan
26
ven
Pierre Feuille Pistolet / Les Enfants du Paradis / Chartres / 26 janvier / 20 h. 30 @ CHARTRES - Les Enfants du Paradis
Jan 26 @ 20 h 30 min

Logo lumineux Les Enfants du paradis

 

Pierre Feuille Pistolet [Visuel CinéParadis]

[caption id="attachment_24161" align="alignright" width="168"]Jean-Marie Gigon, producteur Jean-Marie Gigon[/caption]

"Pierre Feuille Pistolet"

Un film de Maciek Hamela (2023)

Suivi d'un débat en présence de Jean-Marie Gigon, producteur

 

Présentation du documentaire

Un van polonais sillonne les routes d'Ukraine. A son bord, Maciek Hamela évacue des habitants qui fuient leur pays depuis l'invasion russe. Le véhicule devient alors un refuge éphémère, une zone de confiance et de confidences pour des gens qui laissent tout derrière eux et n'ont plus qu'un seul objectif : retrouver une possibilité de vie pour eux et leurs enfants.

La bande annonce

Quelques avis sur le film

 

L'Humanité, Vincent Ostria

Un documentaire « d'intervention » au sens littéral. Non content de traiter à chaud d'un sujet brûlant et tragique - la guerre en Ukraine - pour, d'une certaine façon, informer sur cette réalité, voire agir sur elle.

Le Bleu du miroir

Au fil des voyages, les destins se croisent et se racontent dans une voiture qui finit par ressembler au tonneau des Danaïdes. En résulte un film d'action, dépourvu de pathos, témoignage essentiel des conséquences de l'invasion russe sur la population ukrainienne.

Politis, Christophe Kantcheff

"Pierre Feuille Pistolet" est le type même du film qui approche l'intimité blessée de ces réfugiés sans jamais être impudique ou voyeuriste. Il touche à notre humanité.

Les Inrockuptibles, Ludovic Béot

Dans cette voiture-caméra, les passager·ères et les paroles s'accumulent, donnant à voir une mosaïque très dense de témoignages qui montre à quel point la guerre reconfigure l'imaginaire de celles et ceux qui la subissent.

Fév
10
sam
Le camp de Voves 1942–1944 / Conférence de Étienne Égret / Salle socio-culturelle / La Ferté-Vidame / 10 février / 15 h. 30 @ LA FERTÉ-VIDAME - Salle socio-culturelle
Fév 10 @ 15 h 30 min – 17 h 00 min


[caption id="attachment_6458" align="alignleft" width="267"]Voves 1942-1944, un camp en Eure-et-Loir [Couverture] Le livre qui inspire la conférence[/caption]

De 1942 à 1944 des centaines de détenus ont été parqués à Voves dans un camp géré d'abord par les Allemands puis par les gendarmes et policiers français de Vichy sur l'instigation de Pierre Lenaube, préfet pétainiste d'Eure et Loir.
Ces détenus ne sont pas tous des "politiques" raflés par les gendarmes français. Ils côtoient des délinquants, condamnés pour des larcins plus ou moins graves. Des commandos de travail sont organisés par l'Administration pénitentiaire et vont permettre aux résistants détenus d'investir ces unités dans le but de préparer à terme des évasions plus ou moins spectaculaires.
L'évasion dans la nuit du 5 au 6 mai 1944 concernera 42 résistants choisis par la "direction politique du camp" et organisés par le parti communiste. Ils s'évadent par un tunnel de 148 mètres de long, patiemment creusé à la barbe des gardiens afin de permettre aux évadés de rejoindre la résistance à l'extérieur. Pris en charge par un réseau d'accueil dès leur sortie, ils sont ensuite répartis un peu partout en France pour reprendre le combat anti-nazi.
Les Allemands, furieux de cet échec commis par l'administration française vont liquider le camp en déportant la totalité des détenus vers Neuengamme d'où très peu n'en reviendront. Conférence ouverte à tous le 10 février 2024 à 15h30 à La Ferté-Vidame, salle socio-culturelle (derrière la mairie, parking).
Un verre de l'amitié conclura cette manifestation. Camp-de-Voves [Photo collection CEDREL]

Fév
20
mar
Paysans du Ciel à la Terre / CinéCentre / Dreux / 20 février / 19 h. 30 @ DREUX - CinéCentre
Fév 20 @ 19 h 30 min

AVERN logo développé

Logo Ciné Centre Dreux

[caption id="attachment_24508" align="alignright" width="206"]Philippe Frutier Philippe Frutier[/caption]

"Paysans du Ciel à la Terre"

un documentaire de Hervé Payen (2022)

 

 

Après la séance, débat avec Philippe Frutier, photographe aérien.

Paysans du Ciel à la Terre [affiche AVERN]

 

Le synopsis

 

Un film-enquête entre ciel et terre au cœur des Hauts-de-France pour rencontrer des agriculteurs qui cherchent, chacun à leur façon, à travailler avec la vie du sol, afin de nourrir la Terre autant qu'elle nourrit les hommes.

 

 

 

L'avis du Comité Français pour la Solidarité Internationale (CFSI)

 

Un documentaire rythmé par de magnifiques images de paysage des Hauts de France prises depuis le ciel. Le film part d'un questionnement : comment se fait-il que depuis un avion, on voit se multiplier les coulées de boue, qui dessinent des "arbres" dans les terres agricoles. En allant à la rencontre d'agriculteurs bio et conventionnels, mais aussi d'ingénieurs et de spécialistes, on comprend l'importance de la vie des sols et les dangers des pesticides pour cette dernière. Le film se présente comme un appel à la mobilisation de tous les acteurs, des exploitants aux consommateurs en passant par les pouvoirs publics.

 

 

La bande annonce

Paysans du Ciel à la Terre [visuel AVERN]

Mar
8
ven
Je vous salue salope : La misogynie au temps du numérique / CinéParadis / Chartres / 8 mars / 20 h. @ CHARTRES - Les Enfants du Paradis
Mar 8 @ 20 h 00 min

Logo lumineux Les Enfants du paradis

Logo-Amnesty-Chartres [jaune]

 

Je vous salue salope [Affiche 1]

"Je vous salue salope

- La misogynie au temps du numérique"

[caption id="attachment_24787" align="alignright" width="104"] Sofi Danos[/caption]

Un film de Lea Clermont-Dion et Guylaine Maroist (2023)

suivi d'un débat animé avec Sofi Danos (Responsable régionale à Amnesty France).

 

 

 

[caption id="attachment_24786" align="alignright" width="260"]Lea Clermont-Dion, Guylaine Maroist Lea Clermont-Dion et Guylaine Maroist[/caption]

Présentation du documentaire

Sur deux continents, quatre femmes sont victimes de cyberviolences extrêmes : Marion Séclin, comédienne et youtubeuse française, Laura Boldrini, présidente du parlement italien, Kiah Morris, représentante démocrate américaine, ainsi que Laurence Gratton, jeune enseignante québécoise. Abandonnées par les forces de l'ordre, la classe politique et les géants du web qui engrangent des milliards avec la haine, elles décident de se battre et de ne plus se taire.

La bande annonce

Avis des médias sur le film

 

 

 

Je vous salue salope [Avis presse]

.

Il reste encore demain / Le Rex / Nogent-le-Rotrou / 8 mars / 20 h. 30 @ NOGENT-LE-ROTROU - Le Rex
Mar 8 @ 20 h 30 min

 

Le Rex [logo NOE]

 

8 mars, journée internationale des droits des femmes

 

Il reste encore demain [Affiche italienne]

"Il reste encore demain"

(C'è ancora domani)

Un film de Paola Cortellesi (2023)

 

 

Synopsis

Mariée à Ivano, Delia, mère de trois enfants, vit à Rome dans la seconde moitié des années 40. La ville est alors partagée entre l'espoir né de la Libération et les difficultés matérielles engendrées par la guerre qui vient à peine de s'achever. Face à son mari autoritaire et violent, Delia ne trouve du réconfort qu'auprès de son amie Marisa avec qui elle partage des moments de légèreté et des confidences intimes. Leur routine morose prend fin au printemps, lorsque toute la famille en émoi s'apprête à célébrer les fiançailles imminentes de leur fille aînée, Marcella. Mais l'arrivée d'une lettre mystérieuse va tout bouleverser et pousser Delia à trouver le courage d'imaginer un avenir meilleur, et pas seulement pour elle-même.

La bande annonce

 

L'avis de Stefano Palombari (site L'Italie à Paris)

 

 

Dès sa sortie au cinéma, le film a enchaîné les records. En Italie, C'è ancora domani est champion de recettes avec plus de 5 millions d'entrées.

Le succès du public et de la critique de certains films demeure à mes yeux inexplicable. Concernant Il reste encore demain, il y a des raisons objectives : un sujet dans l'air du temps, un scénario original et bien ficelé, le jeu impeccable des acteurs... et surtout la réalisation. Ce qui surprend d'emblée est la maîtrise de la caméra. Un premier film montre souvent d'évidentes faiblesses dans la réalisation. Des petits défauts dus à l'inexpérience. Mais là, je dois dire qu'il n'y a rien de perceptible. Tous les acteurs sont très bien dirigés, crédibles, spontanés avec une mention spéciale pour l'époustouflant Valerio Mastandrea que nous sommes habitués à voir dans des rôles plus légers. Les dialogues sont rapides, spontanés, souvent drôles. Le film, entièrement en noir et blanc, oscille entre les rires et les larmes… Deux heures qui filent et qu'on voudrait retenir.

 

Mar
26
mar
Marioupol, l’espoir n’est pas perdu / CinéParadis / Chartres / 26 mars / 18 h. 30 @ CHARTRES - Les Enfants du Paradis
Mar 26 @ 18 h 30 min

Logo lumineux Les Enfants du paradis

 Entrée gratuite - Réservation obligatoire ici
Marioupol, l'espoir n'est pas perdu [Affiche]

"Marioupol, l'espoir n'est pas perdu"

Un film de Maksym Lytvynov (2022)

 

[caption id="attachment_24950" align="alignleft" width="155"]Stéphane Dalmat Stéphane Dalmat[/caption]
[caption id="attachment_24951" align="alignright" width="150"]Olga Sansone Olga Sansone[/caption]

Après la projection , débat avec Olga Sansone, Ukrainienne installée en France depuis vingt ans, et Stéphane Dalmat, co-coordinateur de la diffusion du film en France
Présentation du documentaire
Marioupol. L'espoir n'est pas perdu est un témoignage sur la guerre russo-ukrainienne des gens ordinaires qui ont vécu à Marioupol pendant le premier mois de l'invasion.
Le documentaire est basé sur les notes de la journaliste de Marioupol Nadiya Sukhorukova : elle a décrit ce qu'elle a vu autour d'elle pendant les bombardements.
"Ce qui m'impressionne le plus dans cette histoire, déclare Maksym (Max) Lytvynov, le réalisateur du film, c'est que Nadiya est une personne très gentille et juste. Et mon objectif était de la montrer comme telle, face à l'obscurité qui l'entoure du fait de cette guerre brutale".

La bande annonce

 

Chartres Initiatives (association d'entrepreneurs locaux) présente  cette séance :

 

 

À l'occasion de ce triste anniversaire de l'invasion de l'Ukraine (février 2022 - février 2024), nous vous proposons la projection/débat du film documentaire : "Marioupol, l'espoir n'est pas perdu ».

Ce film réalisé par OUP Documentary - collectif de professionnels ukrainiens - présente la réalité des faits tel que la population locale l'a vécue. Le scénario a été écrit sur la base des notes de la journaliste Nadiya Sukhorukova, habitante de Marioupol, et filmé par des cameramen restés sur place juste avant la prise complète de la ville.

C'est le témoignage d'une destruction méthodique de la cité et de la difficulté de vie des civils souhaitant échapper aux bombardements. Sans tomber dans le pathos, ce film raconte l'histoire d'une ville où tout, sauf l'espoir, a été détruit.

« C'est ce qui m'impressionne le plus dans cette histoire", déclare le réalisateur du film, Maxim Litvynov. "Nadiya est une personne très gentille et juste, et mon objectif était de la montrer comme telle, face à l'obscurité qui l'entoure du fait de cette guerre brutale ».

Un « film artistique » explique Stéphane Dalmat, « Max Lytvynov ayant intégré un tableau qui, au fil du documentaire, évolue en termes de colorimétrie, au fur et à mesure de l'évolution de la dramaturgie de la narration et de l'avancée du siège de Marioupol. »

 

Mar
27
mer
Vivre avec les loups / CinéCentre / Dreux / 27 mars / 19 h. 30 @ DREUX - CinéCentre
Mar 27 @ 19 h 30 min

AVERN logo développé

Logo Ciné Centre Dreux

Vivre avec les loups [Affiche AVERN]

"Vivre avec les loups"

Un film de Jean-Michel Bertrand (2023)

 

[caption id="attachment_24893" align="alignright" width="158"]Olivier-Guder-FERUS Olivier Guder[/caption]

Débat animé par Olivier Guder, vice-président de FERUS, Association de Défense et Sauvegarde des Grands Prédateurs

 

 

 

 

Résumé du film :

Le réalisateur nous parle du loup d'une manière totalement nouvelle et inattendue. Il y aura bientôt des loups un peu partout en France. Il faut donc apprendre à « vivre avec les loups ». Dépassant les postures polémiques, l'auteur nous amène de manière sensible et cinématographique à percevoir différemment la nature qui nous entoure et les animaux qui l'habitent : chevreuils, chamois, bouquetins… Un voyage de Jean-Michel Bertrand avec de surprenantes rencontres, humaines et animales, avec son style inimitable, le réalisateur nous entraîne dans des réflexions naturalistes et philosophiques sur la nature.

La bande annonce

Quelques avis sur le film

 

Libération, Coralie Schaub

[Un] documentaire aussi beau qu'intelligent, aussi poétique que politique.

Le Parisien, Catherine Balle

Jamais dogmatique, ponctué d'images de montagne sublimes, ce film très profond pose de nombreuses questions sur notre façon d'habiter le monde.

Télérama, Frédéric Strauss

Ces méditations du promeneur solitaire sont éclairantes, convaincantes. Elles nous rappellent, et c'est utile, que la montagne appartient aux animaux.

aVoir-aLire.com, Laurent Cambon

Jamais démagogique, sincère dans ses intentions, le documentaire de Jean-Michel Bertrand fait éclore dans cette lutte pour la protection des loups en France, un projet pour une humanité plus juste.

Avr
6
sam
L’Hiver sera chaud ! / Salle des Fêtes de Margon / Arcisses / 6 avril / 18 h. @ MARGON - Salle des Fêtes
Avr 6 @ 18 h 00 min

 

Chanson, théâtre et chœur battant

Le dérèglement climatique… On en entend parler tous les jours… mais quoi faire ? Ça urg'…

Isolé·e à gamberger…

On est bien un peu perdu… on flip'…

Ensemble… On est bien moins perdu… et la flip'

se transforme en niaque !

Alors on s'assoit, on écoute, on réfléchit,

on propose, on s'oppose, on chante ensemble

et on repart avec la volonté, remonté·e comme un coucou, de changer tout ça !

Chaud, chaud, chaud… L'hiver sera chaud !

Du pain sur la planche (bis)

Du vent dans les branches (bis)

Retroussons nos manches (bis)

Y'a du boulot

L'hiver sera chaud

 

L'Hiver sera chaud

L'Hiver sera chaud, Festival à la rue Mennetou-Salon 2023

L'Hiver sera chaud, Le chant des moutons 2023

Comment ?

Une agora antique, l'amphi d'une université populaire, une place publique, un arbre à palabres… Pour ce spectacle, le public et les artistes, dans le même espace, côte à côte, dialoguent et s'entremêlent. Les artistes, au milieu et autour du public, solliciteront, à toutes occasions, spectatrices et spectateurs pour les faire chanter, les sonder, leur proposer d'écrire des vers, les faire venir sur scène…

Quoi ?

Du théâtre de rue. Une comédie musicale. Une conférence gesticulée. Un tour de chant. Du stand-up. Du slam. Un cabaret… Un peu tout ça à la fois et alternativement…

De l'énergie, de l'humour, du spectaculaire, de l'indignation, du sérieux, des surprises, du jeu, de l'espoir, des questions, des réponses… Un peu tout ça à la fois et alternativement…

Avec comme matière : des chansons écrites pour le spectacle, des scènes puisées un peu partout : des livres scientifiques, des BD, un extrait du dernier Rapport du GIEC, une prise de parole de Greta Thunberg, une revue de presse...

Par qui ?

7 artistes seront sur scène (mais à Bretoncelles beaucoup plus) pour chanter, jouer, danser, haranguer, chahuter, improviser… seul Mathieu Barbances sera toujours de la partie, pour les autres ce sera à chaque fois une surprise... L'hiver sera chaud ! est créé par un collectif de plus de 30 artistes. En fonction des disponibilités des un·es et des autres la distribution sera à chaque fois différente...

L'Hiver sera chaud

L'Hiver sera chaud

 

 

L'Hiver sera chaud [Affiche] L'Hiver sera chaud L'Hiver sera chaud, Festival la low tech 2023

”Z” de Costa-Gavras / Chartres : CinéParadis — 6 avril — 20 h. / Dreux : CinéCentre ► 8 avril — 20 h. ► 9 avril — 16 h. @ CHARTRES - DREUX
Avr 6 @ 20 h 00 min – Avr 9 @ 16 h 00 min

Logo lumineux Les Enfants du paradis

Logo Ciné Centre DreuxCHARTRES                                                                                            DREUX
Regards d'ailleurs 2024 Grèce [visuel]

 

Z [visuel DVD]

"Z"

Un film de Costa-Gavras (1968)

 

Présentation du film

 

 

Description des coulisses d'une enquête judiciaire, entravée par l'influence des classes dirigeantes corrompues. Réalisé au moment du coup d'État grec de la junte des colonels, Z résonne comme un acte d'accusation contre les usurpateurs, montrant, avec une sombre vérité, le climat créé avant leur arrivée au pouvoir. Montand y interprète « le Docteur », président d'un mouvement national en faveur du désarmement, victime d'une agression déguisée en accident. Costa-Gavras reconstitue les pièces du puzzle et décrit, avec un suspense haletant, les mécanismes du crime politique.

 

Séances

Chartres ► 6 avril - 20 h.

Dreux      ► 8 avril - 20 h.

Dreux      ► 9 avril - 16 h.

 

La bande annonce

Le festival du film de Dreux "Regards d'ailleurs"

 

Regards d'ailleurs 2024 Grèce [Affiche]Le 21ème Festival Regards d'ailleurs a pour thème, cette année, Filmer la Grèce. IL se décentralise dans plusieurs lieux dont Chartres. Vous pouvez retrouver toute la programmation en consultant ou téléchargeant le catalogue où vous pouvez aussi les tarifs.

 

 

 

 

 

Nous avons choisi de mettre en valeur le film de Costa-Gavras "Z" parce qu'il démonte le mécanisme des dictatures et qu'il faut l'enrayer avant qu'il se mette en place. C'est un véritable thriller politique à ne pas manquer ou à revoir !

Ce "Z" n'a évidemment rien à voir avec le signe de mort que portaient et portent encore les blindés russes qui ont envahi l'Ukraine. En grec ce "Z" signifie "Il vit", comme les idées du député malgré son assassinat.

Avr
7
dim
L’Hiver sera chaud ! / Lycée Joséphine-Baker / Hanches / 7 avril / 15 h. 30 @ HANCHES - Lycée Joséphine-Baker
Avr 7 @ 15 h 30 min

 

L'Hiver sera chaud !

Chanson, théâtre et chœur battant

Le dérèglement climatique… On en entend parler tous les jours… mais quoi faire ? Ça urg'…

Isolé·e à gamberger…

On est bien un peu perdu… on flip'…

Ensemble… On est bien moins perdu… et la flip'

se transforme en niaque !

Alors on s'assoit, on écoute, on réfléchit,

on propose, on s'oppose, on chante ensemble

et on repart avec la volonté, remonté·e comme un coucou, de changer tout ça !

Chaud, chaud, chaud… L'hiver sera chaud !

Du pain sur la planche (bis)

Du vent dans les branches (bis)

Retroussons nos manches (bis)

Y'a du boulot

L'hiver sera chaud

 

L'Hiver sera chaud

Comment ?

Une agora antique, l'amphi d'une université populaire, une place publique, un arbre à palabres… Pour ce spectacle, le public et les artistes, dans le même espace, côte à côte, dialoguent et s'entremêlent. Les artistes, au milieu et autour du public, solliciteront, à toutes occasions, spectatrices et spectateurs pour les faire chanter, les sonder, leur proposer d'écrire des vers, les faire venir sur scène…

Quoi ?

Du théâtre de rue. Une comédie musicale. Une conférence gesticulée. Un tour de chant. Du stand-up. Du slam. Un cabaret… Un peu tout ça à la fois et alternativement…

De l'énergie, de l'humour, du spectaculaire, de l'indignation, du sérieux, des surprises, du jeu, de l'espoir, des questions, des réponses… Un peu tout ça à la fois et alternativement…

Avec comme matière : des chansons écrites pour le spectacle, des scènes puisées un peu partout : des livres scientifiques, des BD, un extrait du dernier Rapport du GIEC, une prise de parole de Greta Thunberg, une revue de presse...

Par qui ?

7 artistes seront sur scène (mais à Bretoncelles beaucoup plus) pour chanter, jouer, danser, haranguer, chahuter, improviser… seul Mathieu Barbances sera toujours de la partie, pour les autres ce sera à chaque fois une surprise... L'hiver sera chaud ! est créé par un collectif de plus de 30 artistes. En fonction des disponibilités des un·es et des autres la distribution sera à chaque fois différente...

L'Hiver sera chaud

L'Hiver sera chaud

 

 

L'Hiver sera chaud [Affiche] L'Hiver sera chaud L'Hiver sera chaud, Festival la low tech 2023

Avr
15
lun
Jeunes et violence : Prévenir Agir ensemble / Lycée Silvia-Monfort / Luisant / 15 avril / 18 h. 30 @ LUISANT - Lycé S
Avr 15 @ 18 h 30 min

Cliquez sur le document pour télécharger le PDF correspondant

 

Notez bien que pour assister à cette échange, vous devez vous inscrire par l'email suivant : presidente-r.milet@ligue28.org

Rencontre-La-lumiere-de-lespoir Les jeunes et la violence-15-avril-2024_1 Rencontre-La-lumiere-de-lespoir Les jeunes et la violence-15-avril-2024_2

Interdit aux chiens et aux Italiens / CinéParadis / Chartres / 15 avril / 19 h. 30 @ CHARTRES - Les Enfants du Paradis
Avr 15 @ 19 h 30 min

Logo lumineux Les Enfants du paradis

 

 

Extraits d'un entretien avec Alain Ughetto publié dans le dossier de presse du film

(mars 2022)

 

Comment est né ce projet ?

 

Alain UghettoJ'avais commencé une enquête sur mes origines italiennes, où j'ai retrouvé un grand nombre de témoignages, et j'ai appris qu'un village portait le nom d'Ughetto : Ughettera, la terre des Ughetto… Mais il ne reste plus rien de mes grands-parents là-bas. Puis j'ai retracé les contours des grandes guerres qu'ont connues mes grands-parents, les itinéraires qu'ils ont empruntés. Ils ont été naturalisés français deux mois avant la guerre, puis le territoire où ils vivaient a été envahi par Mussolini. Comment ont-ils vécu, ressenti tout ça ? Ce sont les questions qui m'ont guidé.

 

Pour ce film, vous êtes passé du documentaire à la fiction…

 

J'ai demandé à ma grand-mère Cesira, devenue pour l'occasion une marionnette de 23cm de haut, de me raconter son enfance, sa rencontre avec Luigi, le village d'Ughettera… ce qui n'aurait pas été possible dans un documentaire.

Comment avez-vous comblé les "trous" de cette mémoire familiale ?

 

J'ai eu recours à celle des oncles, des tantes. Et j'ai trouvé des informations sur mon grand-père, d'habitants de son village, dans un ouvrage de Nuto Revelli, Le Monde des vaincus. Et j'ai imaginé que ma grand-mère, cette vieille femme tout en noir que j'appelais "mémé", avait dû être jeune et belle… Ce qui m'intéressait, c'était de faire revivre mes grands-parents. Et dans le film, c'est ma grand-mère qui raconte son histoire, comme un conte raconté à un adulte. C'est une histoire personnelle qui s'adresse à tous : on commence avec "Je", avant d'arriver au "Nous"... On y parle de migrations, et les migrations sont inscrites dans l'ADN des peuples.

Interdit aux chiens et aux Italiens [affichette A3]

Avr
28
dim
Petite Fille / Le Saint-Louis / Le Theil-sur-Huisne (51) / 28 avril / 15 h. @ LE THEIL (61) - Cinéma Saint-Louis
Avr 28 @ 15 h 00 min

Cinéma St-Louis Le Theil [logo]

 

 

Petite Fille [Affiche anglaise]

"Petite Fille"

Un film de Sébastien Lifshitz (2020)

 

Séance suivie d'un débat  avec les associations Orn'en Ciel et Homogène

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Présentation du documentaire

Sasha, né garçon, se vit comme une petite fille depuis l'âge de 3 ans. Le film suit sa vie au quotidien, le questionnement de ses parents, de ses frères et sœur, tout comme le combat incessant que sa famille doit mener pour faire comprendre sa différence. Courageuse et intraitable, Karine, la mère de Sasha, mène une lutte sans relâche portée par un amour inconditionnel pour son enfant.

 

La bande annonce

Quelques avis sur le film

 

 

Ecran Large par Antoine Desrues

Magistral, passionnant, bouleversant, les adjectifs en viendraient à manquer pour qualifier la réussite de Petite fille. À partir d'un portrait sur la différence, Sébastien Lifshitz a l'intelligence de toucher à une humanité dans ce qu'elle a de plus universelle, et s'affirme définitivement comme l'un des meilleurs documentaristes en activité. Si vous ne pleurez pas devant son dernier chef-d'œuvre, c'est que vous êtes mort à l'intérieur.

Les Inrockuptibles par Jean-Baptiste Morain

"Petite Fille" n'est pas un documentaire militant, mais il évoque les nombreux problèmes de société [...] Petite Fille n'est pas un reportage journalistique, mais du cinéma. Tout y est filmé avec réflexion (on appelle ça la mise en scène). [...] un film bouleversant, devant lequel quiconque ne verse pas une larme devrait être considéré comme un sociopathe dangereux. Cette enfant, Sasha, c'est nous tous·tes.

Positif par Yann Tobin

C'est avec infiniment de délicatesse et d'empathie que Sébastien Lifshitz place sa caméra à la hauteur de cette vraie héroïne d'aujourd'hui, dont les regards, les espoirs, les doutes et les découragements sont accompagnés par une caméra à la fois discrète et immersive [...].

 

 

Mai
18
sam
La Promenade aux confins / Chorégraphie Nathalie Tissot / Musée / Dreux / 18 mai / 19 h. 30 @ DREUX - Musée d'Art et d'Histoire
Mai 18 @ 19 h 30 min – 22 h 30 min

Nuit européenne des musées [visuel]

Après avoir émerveillé le public au Compa à Chartres avec « La promenade aux confins » titrée pour l'occasion « La Pavane du Laboureur » en février dernier, la compagnie de danse « Messidor » propose une nouvelle adaptation au Musée d'Art et d'Histoire de Dreux ce samedi 18 mai dans le cadre des Nuits européennes des Musées.

La compagnie "Messidor"  proposera plusieurs sets de 40 min entre 19h30 et 21h30.

La conception et la chorégraphie sont l'œuvre de Nathalie Tissot, membre de Chorégraphes associé.e.s et de TADAM!, Fédération des professionnels du spectacle vivant en Eure et Loir (www.nathalietissot-danse.com). Cette artiste interviendra aussi comme danseuse avec Léa Doussaint, Amandine Bonnet et Johanna Rebolledo, sur une musique écrite et interprétée par Christophe Diederichs.

Ces quatre danseuses et le musicien investiront le musée en jouant avec le point de vue des visiteurs/spectateurs. Le public pourra suivre les guides d'une fresque dansée à l'autre, d'une œuvre à l'autre.

Les danses se nourrissent des principes universels qui régissent "le Vivant" et sont mises en relation avec l'architecture et les œuvres du Musée.

Le spectacle se tiendra ce 18 mai à partir de 19h30, au Musée d'Art et d'Histoire de Dreux, 5 place du Musée, 28100 Dreux, 02 37 38 55 75musee@ville-dreux.fr

Les photos présentées ici donnent un aperçu du spectacle de la Compagnie Messidor, «La Pavane du Laboureur» (photos de Christophe Pénicaud).

Juin
4
mar
It Must Be Heaven / Les Enfants du Paradis / Chartres / 4 juin / 20 h. 30 @ CHARTRES - Les Enfants du Paradis
Juin 4 @ 20 h 30 min

Logo lumineux Les Enfants du paradis

 

It Must Be Heaven [Affiche 2]

"It Must Be Heaven"

Un film de Elia Suleiman (2019)

Meilleure Coproduction internationale aux Lumières de la presse étrangère 2020

Mention spéciale du jury au Festival de Cannes 2020

Synopsis

Un cinéaste palestinien mal à l'aise dans son pays se met en tête de trouver une nouvelle terre d'accueil.Aavant de réaliser que son pays d'origine le suit toujours comme une ombre. La promesse d'une vie nouvelle se transforme vite en comédie de l'absurde. Aussi loin qu'il voyage, de Paris à New York, quelque chose lui rappelle sa patrie.

La bande annonce

Quelques avis sur le film

 

 

Ouest France par Gilles Kerdreux

Une sorte de poésie du silence, très pince-sans-rire et assez enthousiasmante où la dénonciation du sort des Palestiniens, dénuée de colère, est peut-être encore plus forte et efficace.

Les Fiches du Cinéma par Roland Hélié

Ici, le morceau de sparadrap dont, à l'image du capitaine Haddock, Elia Suleiman ne parvient pas à se défaire, c'est son propre pays, la Palestine. Il en résulte une absurde comédie de l'absurde, d'une magnifique et tendre mélancolie. Indispensable.

Sud Ouest par Sophie Avon

Comment ne pas être séduit par sa façon de saisir l'absurdité du monde à travers des vignettes elliptiques, des cadres millimétrés, et ce sens de la symétrie qui ordonne le chaos ?

L'Humanité par Magali Jauffret

Une brillante méditation sur l'inquiétante aggravation de l'état du monde.

Juin
8
sam
La Tondue de Chartres et Robert Capa, destins croisés / Maison des associations / Gasville-Oisème / 8 juin / 14 h. @ GASVILLE-OISÈME - Maison des Associations
Juin 8 @ 14 h 00 min

La Tondue de Chartres et Robert Capa, destins croisés

 

Samedi 8 juin 2024, dans le cadre de la commémoration des quatre-vingts ans de la Libération en Eure-et-Loir, Gérard Leray fera une intervention historique sur la tondue de Chartres immortalisée par le photographe de guerre Robert Capa.

Maison des associations à Gasville-Oisème, à 14 heures. Entrée libre.

Leray_Gerard Docu Tondue [Affiche]

La laïcité : De quoi parlons-nous ? / par Gwénaëlle Calvès / Médiathèque / Châteaudun / 8 juin / 15 h. @ CHÂTEAUDUN - Médiathèque
Juin 8 @ 15 h 00 min

La laïcité en France, depuis la fin du XIXe siècle, fait l'objet de nombreuses interprétations.

 Gwénaële Calvès propose de l'aborder sous le prisme de quatre grands principes : la liberté de conscience qui serait « la clé de voûte de la construction laïque », la séparation du politique et du religieux, l'égalité « sans distinction de religion » et la neutralité confessionnelle des personnes publiques.

 Au sortir de la conférence, chacun pourra se forger sa propre opinion.

 Gwénaële Calvès est professeur de droit public à l'université de Cergy-Pontoise. Elle travaille sur le thème des discriminations, de la liberté d'expression et de la laïcité.

 

Laïcité, de quoi parlons-nous Calvès Châteaudun [Affiche]